Swiss Re confirme ses ambitions à moyen terme

AWP

2 minutes de lecture

Le réassureur a fait part des transformations en cours, sans dévoiler de nouveaux objectifs financiers. Un relèvement du dividende est envisagé.

Swiss Re a confirmé lundi, devant ses investisseurs réunis à Londres, sa stratégie à moyen terme. Le réassureur a fait part des transformations en cours, notamment pour améliorer la rentabilité, sans dévoiler de nouveaux objectifs financiers. Un relèvement du dividende est envisagé.

L’objectif de la division Corporate Solutions (CorSo) - assurance directe des entreprises - est de se concentrer sur le retour à la rentabilité. Les prochaines étapes de sa transformation passeront notamment par une croissance sélective et une expansion par des initiatives axées sur la technologie, selon le communiqué.

L’unité Life Capital (assurance directe vie et santé) poursuit sa transition vers une activité B2B2C (d’entreprise à entreprise et d’entreprise à particuliers) en pleine croissance. La plateforme d’assurance numérique iptiQ se développe bien, avec 28 partenaires et des opportunités d’expansion géographique.

Le groupe mise aussi sur la poursuite de la réduction de l’exposition au britannique ReAssure, qui fait partie de Life Capital, et sa déconsolidation. ReAssure vise «un excédent de 2,1 milliards de livres (2,7 milliards de francs) sur la période 2019 à 2023, avec l’ambition de remplacer l’objectif de trésorerie brute de Life Capital».

Acquisitions possibles pour Life Capital

Swiss Re avait formulé le voeu de coter l’entité britannique à la Bourse de Londres avant d’abandonner le projet. Les conditions de marché pour une éventuelle IPO de ReAssure continueront d’être surveillées, a avancé le directeur général Christian Mumenthaler, devant les investisseurs.

Concernant Life Capital, des acquisitions sont possibles. En revanche, cette éventualité est moins présente pour la réassurance et l’assurance directe (Corporate Solutions), au vu de leur environnement actuel, selon M. Mumenthaler.

L’entreprise souhaite aussi diversifier ses activités dans le domaine des catastrophes naturelles, visant un effet positif sur les résultats. Le marché de la réassurance dans ce secteur devrait atteindre 40 milliards de dollars d’ici quatre ans, contre 30 actuellement, selon le Swiss Re Institute. Le groupe compte en tirer profit.

Le portefeuille de la réassurance dommages est «bien diversifié et géré avec prudence», donnant de la marge au groupe pour absorber la volatilité. Swiss Re met en oeuvre des «actions ciblées pour améliorer la rentabilité et gérer les risques dans ce portefeuille pour faire face à un environnement de marché difficile aux Etats-Unis».

Une partie de la stratégie du groupe repose sur la monétisation de ses activités de recherche et développement (R&D) pour renforcer sa connaissance des risques. Quelque 80 programmes de R&D menés par 450 équivalents temps plein (ETP) pèsent 300 millions de dollars.

Hausse éventuelle du dividende

«La situation du capital de Swiss Re reste très solide, fournissant la base pour d’intéressantes opportunités de croissance et des rendements pour les actionnaires», selon le communiqué.

Par ailleurs, y a des chances pour que le dividende soit relevé. Ces dernières années, Swiss Re n’a cessé de le faire, dernièrement de 60 centimes, à 5,60 francs par titre, a ajouté le chef des finances John Dacey. Les plans de redistribution et les annonces concernant un éventuel rachat d’actions ne seront rendus publics que lors de la présentation des résultats en février.

Comme prévu, aucune information financière n’a été divulguée, précise d’emblée la Banque cantonale de Zurich (ZKB), qui salue les projets de développement de l’entreprise, en particulier dans les affaires non-vie. En termes de capital, Swiss Re continue de bien se porter.

Selon Credit Suisse, la feuille de route de Swiss Re se veut rassurante sur certains sujets qui ont contribué à la baisse de sa valeur face à ses principaux concurrents.

Les analystes énumèrent ainsi la force financière et la capacité de continuer à rapatrier du capital, la perspective d’une croissance dans le domaine des catastrophes naturelles avec une amélioration du ratio combiné ou le rappel de la cible d’un ratio combiné de 98% pour CorSo.

Ces confirmations n’ont pas semblé satisfaire les investisseurs. Vers 15h10, Swiss Re reculait de 0,2% à 105,65 francs, quand le SMI des valeurs vedettes s’enrobait de 0,65%.