Rentabilité et bénéfice en hausse pour Zurich en 2018

AWP

2 minutes de lecture

La performance 2018 s’avère supérieure aux attentes. Les actionnaires devraient profiter d’un relèvement du dividende. L'action progresse.

Zurich Insurance arrive progressivement au terme de son programme d’économies, qui lui a permis de soigner sa rentabilité en 2018. L’assurance dommage a moins souffert de l’impact des catastrophes naturelles, dont le coût a fortement reculé. Le groupe a relevé le dividende et promet de nouvelles hausses à l’avenir.

Le géant zurichois de l’assurance a déjà économisé 1,1 milliard de dollars (presque autant en francs), indique-t-il jeudi. L’objectif à atteindre d’ici la fin de l’année est fixé à 1,5 milliard. Un nouveau carnet de bord sera dévoilé en novembre prochain.

«Nous avons continué de renforcer notre rentabilité et d’abaisser nos coûts tout en faisant croître nos activités», déclare le directeur général Mario Greco, cité dans le communiqué.

En 2018, le résultat d’exploitation a atteint 4,57 milliards de dollars, ce qui représente une hausse de 20% sur un an. Le bénéfice net s’est étoffé d’un quart (+24%) à 3,72 milliards.

Le conseil d’administration propose de verser un dividende de 19 francs par action, relevé d’un franc, selon un communiqué publié jeudi. L’assemblée du 3 avril aura le dernier mot.

Plancher pour le dividende

Le dividende à 19 francs constitue un nouveau plancher ouvrant la voie à de nouvelles hausses, a indiqué jeudi le directeur financier George Quinn en conférence téléphonique.

Le ratio combiné pour l’assurance dommages, soit le rapport entre les primes encaissées et les frais déboursés, a été nettement amélioré à 97,8%, contre 100,9% à fin 2017.

Les fonds propres ont subi une contraction de 8% à 30,19 milliards de dollars. Mis à part la capitalisation, attendue à 31,60 milliards, tous les chiffres clés dépassent les attentes du consensus AWP. Le dividende est conforme aux prévisions, bien que certains analystes s’attendaient à un nouveau programme de rachat d’actions.

L’assurance dommages a vu ses primes brutes légèrement augmenter (+1%) à 33,51 milliards, grâce principalement aux acquisitions. Le résultat opérationnel a gonflé de plus d’un tiers à 2,09 milliards.

L’année 2018 s’est révélée moins coûteuse que la précédente en termes de catastrophes naturelles, avec cependant quelques tempêtes et incendies ravageurs aux Etats-Unis. Les ouragans Harvey, Irma et Maria avaient marqué l’exercice 2017 de leur empreinte et lesté le résultat de quelque 800 millions de dollars.

évolution «plate» des primes

Dans l’assurance-vie, une croissance de 11% est constatée dans les nouvelles affaires, à périmètre constant. Les primes brutes ont reculé de 1% à 33,45 milliards de dollars, pour un résultat opérationnel de 1,55 milliard.

Zurich a également ramené son ratio combiné sous la barre de 100% pour l’assurance agricole (Farmers). Cet indicateur s’est fixé à 99,9%, amélioré de 1,7 point de pourcentage. Les primes brutes ont gonflé de 2% (20,33 milliards) alors que le résultat s’est contracté de 3% à 1,64 milliard.

Le groupe estime toujours être en bonne voie pour atteindre ses objectifs pour la période 2017-2019. Le ratio combiné pour l’assurance dommages devrait se situer dans la fourchette 95-96%.

L’exercice en cours s’annonce compliqué, a expliqué M. Quinn. Les difficultés conjoncturelles globales et la pression sur les prix aux Etats-Unis vont freiner la croissance. M. Quinn a évoqué une progression «assez plate» des nouvelles primes cette année.

S’agissant du Brexit, Zurich Insurance semble paré à toute éventualité. «Nous nous sommes (...) préparés à tous les scénarios possibles», a lancé le directeur financier.

Les acquisitions figurent également parmi les pistes explorées de la direction de Zurich Insurance. «Nous recherchons plutôt des objets d’acquisitions ciblés, basés sur le pays, qui complètent nos activités», selon Mario Greco.

A 12h13, la nominative Zurich prenait 0,2% à 315,60 francs, dans un SMI en recul de 0,23%.