Villes futures: des géantes endormies

Carsten Menke, Julius Baer

1 minutes de lecture

Les villes se réveilleront à nouveau tandis que la crise actuelle pourrait servir de catalyseur pour le futur.

Les mesures visant à contenir la propagation du coronavirus privent les villes de leurs forces. Bénéficiant normalement d’un engagement social, celles-ci souffrent désormais de distanciation sociale. Une fois la crise actuelle terminée, les villes déploieront à nouveau leur potentiel économique. La crise pourrait servir de catalyseur pour les villes du futur, en favorisant par exemple les investissements dans les infrastructures numériques.

L’impact social et économique des mesures prises pour contenir la propagation du coronavirus n’est nulle part aussi visible que dans nos villes. Les places et les rues sont vides, tandis que les bars, restaurants et la plupart des magasins sont fermés. Les villes ont été dépouillées de leurs forces. Normalement, elles bénéficient de l’engagement social, mais elles souffrent maintenant de distanciation sociale et elles se sont transformées en géantes endormies. Les villes sont les moteurs de la croissance économique mondiale et, par rapport aux récessions précédentes, elles sont particulièrement touchées car une grande partie de leur réussite économique repose sur l’économie des services.

Bien que nous ignorions combien de temps durera la crise et quelle en sera sa profondeur, nous voulons regarder vers l’avenir et évaluer si la crise changera notre façon de vivre demain. Comment notre vie sociale sera-t-elle affectée? Allons-nous moins nous faire plaisir, irons-nous moins au restaurant et au cinéma? Très probablement pas. Nous sommes l’une des espèces les plus sociales et nos liens sont importants pour notre bien-être. Il n’est donc pas surprenant que beaucoup d’entre nous aient commencé à se réunir virtuellement avec des amis après le travail pour une bière ou même un dîner. Et l’économie? Va-t-elle subir des dommages durables? Nous ne le pensons pas, en supposant que les stimuli fiscaux et monétaires s’avèrent efficaces. Les villes se réveilleront à nouveau et déploieront tout leur potentiel économique tandis que la crise actuelle pourrait servir de catalyseur pour les villes du futur. La pollution de l’air en est un exemple typique. De nombreuses villes du monde entier présentent l’air le plus pur depuis des années, grâce à la fermeture des usines et à un nombre réduit de voitures dans les rues. Les avantages de l’air pur sont plus tangibles et, à mesure que les solutions pour améliorer la qualité de l’air sont disponibles, des investissements pourraient suivre. Plus généralement, nous croyons que le développement de villes du futur intelligentes et durables sera accéléré et que les investissements dans les infrastructures numériques reprendront, en partie grâce aux vastes mesures de stimulation mises en place. Par conséquent, au-delà de l’impact cyclique négatif de la crise actuelle, nous voyons encore beaucoup de potentiel de croissance structurelle pour le thème des Villes futures.