Actions durables: quelles opportunités?

Hamish Chamberlayne, Janus Henderson Investors

3 minutes de lecture

Retour sur les faits les plus marquants en matière de durabilité de ces derniers mois.


©GettyImages

Pendant le confinement, il était parfois difficile de mesurer l’effet considérable que la COVID-19 avait sur l’économie mondiale en nous forçant à nous réfugier chez nous et à utiliser Internet dans une mesure jamais vue auparavant. Si la numérisation est selon nous l’une des tendances fortes en matière d’investissement depuis plusieurs années, la pandémie l’a indéniablement accélérée et nous estimons que la numérisation sera l’un des principaux vecteurs de performance des dix prochaines années. La transition vers une énergie bas carbone est étroitement liée à la numérisation. Cette année a également été porteuse pour cette tendance, avec une volonté politique manifeste d’investir dans les énergies renouvelables, l’électrification des transports, les technologies à haute efficacité énergétique et les infrastructures durables. Nous avons été heureux de voir les mesures de relance budgétaire s’orienter vers des projets verts qui rejoignent notre philosophie d’investissement en matière de développement durable, d’innovation et de croissance cumulée à long terme.

Des avancées politiques vers un monde à faibles émissions de carbone.

L’Union européenne (UE) a affecté 30% des 750 milliards d’euros de son plan de relance pour faire face à la pandémie de COVID-19 à des projets durables, notamment dans le domaine des énergies renouvelables et de leur stockage, des bâtiments durables et des transports publics. La nouvelle présidente de l’UE a également insufflé un nouvel élan en annonçant son ambition de réduire les émissions d’au moins 55% d’ici 2030, au lieu des 40% précédemment visés. Parmi les autres bonnes nouvelles, la Chine s’est engagée à plafonner ses émissions de carbone d’ici 2030 et à atteindre la neutralité carbone d’ici 2060. La Chine est la deuxième puissance économique mondiale et le premier émetteur de CO2. Cette annonce constitue donc un grand pas vers une économie mondiale durable et nous espérons que ces objectifs pourront être rapidement atteints et dépassés.

Nous avons également vu plus de 20 pays annoncer des dates limites pour la vente de moteurs à combustion interne. La tendance générale est de ramener les objectifs de décarbonation d’un vague point situé au milieu du siècle vers l’échéance très concrète de 2030, ce qui nous promet une décennie d’innovation.

Au troisième trimestre, l’activité économique mondiale a commencé à redémarrer, dans la mesure où les gouvernements ont dû trouver un équilibre entre la nécessité de rouvrir les pays et la lutte contre la pandémie de COVID-19. Dans ce contexte, les marchés actions mondiaux ont terminé le trimestre en hausse et l’indice MSCI World a enregistré une performance totale de 7,9% en dollars américains. Les secteurs les plus performants ont été les technologies de l’information, la consommation discrétionnaire et l’industrie, tandis que les secteurs de l’énergie, de la finance et de l’immobilier ont sous-performé, avec un recul de plus de 15% pour le secteur de l’énergie.

La numérisation peut-elle limiter les dommages
écologiques dus à l’activité économique?

Le monde est encore en train de se débattre pour essayer de lever les mesures de confinement, mais celles-ci continuent d’avoir un impact sur les secteurs de l’économie qui dépendent du rassemblement physique des gens. En revanche, nous constatons que la numérisation s’accélère. Bien qu’elles soient favorisées par la COVID-19, nous nous attendons à ce que bon nombre de ces tendances numériques persistent, puisque les gens apprécient la facilité d’utilisation, la productivité accrue et l’efficacité qu’offre la numérisation.

L’adoption de ces tendances numériques, que nous considérons comme complémentaires à la réduction des effets négatifs de l’activité économique sur l’environnement, est encourageante, mais la fréquence et la gravité croissantes des catastrophes liées au climat nous rappellent qu’il est urgent d’accélérer les investissements consacrés à la transition énergétique. Par chance, la pandémie ne semble pas avoir eu d’impact négatif important. Une véritable dynamique se met en place pour soutenir cette transition, grâce à des innovations commerciales passionnantes dans le secteur technologique des énergies vertes, associées à un solide appui réglementaire de la part de nombreux gouvernements.

Cette innovation n’est nulle part plus évidente que dans la récente note de Tesla, qui a défini un plan d’investissement précis pour accélérer l’adoption des véhicules électriques et des énergies vertes. D’ici 2030, l’objectif de Tesla est de produire plusieurs térawatts de batteries afin de permettre la production de 20 millions de véhicules électriques abordables par an et la construction d’installations de stockage d’énergie à grande échelle pour soutenir les systèmes d’énergie renouvelable. Selon nous, la vision ambitieuse de Tesla devrait permettre de déclencher une autre vague d’investissements dans les secteurs de l’automobile et de l’énergie.

L’année 2020 a été éprouvante, mais nous sommes convaincus que l’économie mondiale sortira de cette pandémie plus résistante et sur une trajectoire plus durable qu’auparavant. Plutôt que de le remettre en cause, nous espérons que cette crise démontrera tout l’intérêt de l’investissement durable et sa capacité à engendrer de meilleurs résultats, non seulement pour les investisseurs, mais aussi pour l’environnement et la société tout entière.

Pour en savoir plus sur la stratégie Janus Henderson Global Sustainable Equity cliquez ici.

 

Information importante
À des fins promotionnelles. Réservé aux investisseurs professionnels. Les opinions exprimées ici sont celles de l'auteur au moment de la publication du présent document et peuvent différer de celles d'autres collaborateurs/équipes de Janus Henderson Investors. Les références à des titres, fonds, secteurs et indices au sein du présent document ne sauraient être interprétées comme une offre ou une sollicitation d'achat ou de vente. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur d’un investissement et ses rendements peuvent augmenter ou diminuer et vous pourriez ne pas récupérer l’intégralité du montant investi à l’origine. Les informations contenues dans cet article ne constituent pas une recommandation d'investissement.
Publié en Europe par Janus Henderson Investors. Janus Henderson Investors est le nom sous lequel les produits et services d'investissement sont fournis par Janus Capital International Limited (numéro d'enregistrement 3594615), Henderson Global Investors Limited (numéro d'enregistrement 906355), Henderson Investment Funds Limited (numéro d'enregistrement 2678531), AlphaGen Capital Limited (numéro d'enregistrement 962757), Henderson Equity Partners Limited (numéro d'enregistrement 2606646), (sociétés enregistrées en Angleterre et au Pays de Galles, chacune réglementée par la Financial Conduct Authority et dont le siège social est sis au 201 Bishopsgate, Londres EC2M 3AE) et Henderson Management S.A. (numéro d'enregistrement B22848 sis au 2 Rue de Bitbourg, L-1273, Luxembourg et réglementée par la Commission de Surveillance du Secteur Financier). Janus Henderson est une marque déposée de Janus Henderson Group plc ou de l'une de ses filiales. © Janus Henderson Group plc.