Les fonds OYSTER gérés par SYZ positionnés pour un scénario de reflation

Communiqué, iM Global Partner

2 minutes de lecture

Les quatre fonds «total return» de la gamme OYSTER, ont affiché de bonnes performances sous la gérance d’Adrien Pichoud, par rapport à leurs pairs.

Adrien Pichoud est le gérant principal des fonds OYSTER Global Diversified Income, OYSTER Alsolute Return, OYSTER Multi-Asset Absolute Return EUR et OYSTER Euro Fixed Income depuis le 1er juillet 2019, date à laquelle il a également été nommé Chef économiste de Banque SYZ.

Tous les fonds gérés par Adrien Pichoud partagent une philosophie et une approche d'investissement communes axées sur un objectif de total return. Le processus d'investissement centré sur les risques vise à construire des portefeuilles diversifiés en trouvant le bon équilibre entre le potentiel de performance et la gestion des pertes, tout en s'adaptant aux fluctuations macroéconomiques. Actuellement, alors que le contexte de «japonisation», caractérisé par des taux bas et une faible croissance, reste inchangé, Adrien Pichoud utilise une approche tactique de l'allocation d'actifs pour tirer le meilleur parti du scénario de reflation qui devrait durer tout au long du premier semestre 2021. Dans ce contexte, Adrien Pichoud privilégie les marchés d'actions chinois et américain, le premier s'étant fortement remis de la pandémie et le second devant bénéficier de l'élection de Biden et de la majorité démocrate au Sénat.

«Certaines politiques fiscales et monétaires expansionnistes continueront à prévaloir aux États-Unis, d'autant plus que les démocrates ont maintenant obtenu une majorité au Sénat. Cette victoire signifie en effet que la probabilité d'un plan de relance supplémentaire a augmenté», déclare le gérant.

Depuis l'arrivée d'Adrien Pichoud à la tête des fonds multi-asset, leurs performances et leur gestion du risque ont été nettement supérieures à celles de leurs pairs. Malgré la phase d'aversion au risque très forte et rapide sur tous les marchés au premier trimestre 2020, les rendements des investissements ont pu rebondir rapidement et terminer l'année passée bien au-dessus de leurs indices de référence respectifs et de la moyenne de leur catégorie Morningstar. Pour illustrer cela, le fonds OYSTER Absolute Return GBP I M affiche une performance de 6,57% en 2020 contre 4,04% en moyenne pour les pairs de la catégorie Morningstar EAA Fund GBP Cautious Allocation. En outre, son recul maximal en données mensuelles sur les 3 dernières années a été limité à -4,02 % contre -6,73 % pour la moyenne de la catégorie Morningstar à fin décembre 2020.

Des perspectives rassurantes pour 2021

L’année 2021 offre un démarrage positif, notamment en raison des perspectives favorables de relance globale, d’une reprise du commerce mondial et des exportations asiatiques. La stratégie totale return a également bénéficié des bonnes performances des secteurs de la technologie et de la vente au détail en ligne pendant la pandémie. L’annonce du vaccin a permis aux secteurs de l'énergie, des banques, des voyages et des loisirs de rattraper leur retard mais leur sort dépend toujours de la rapidité de la mise en oeuvre de la vaccination.

D’un point de vue régional, les marchés US font office de favoris grâce à leurs valorisations relativement avantageuses dans un contexte de faibles rendements. Le marché asiatique quant à lui jouit d’une forte dynamique macroéconomique sous-jacente et de perspectives de croissance des bénéfices intérieurs. Les nouvelles réglementations américaines et chinoises notamment autour de l’industrie technologique, pourraient générer de la volatilité sur les marchés. On peut donc s’attendre à ce que la volatilité soutenue de 2020 se prolonge en 2021.

Adrien Pichoud, Chef économiste et gérant senior à Banque SYZ, déclare: «Notre style d'investissement est d’avoir une approche tactique autour de convictions structurelles. Le principal moteur de performance des stratégies est l'approche dynamique de l'allocation d'actifs qui axe la construction des portefeuilles autour de trois convictions principales: la tendance séculaire de la «japonisation», l'adaptation tactique notamment au scénario de reflation attendu pour le premier semestre 2021, et le fait que les marchés chinois et américains continuent de mener le mouvement, les actions domestiques chinoises ayant bénéficié d'une sortie précoce de la pandémie et d'un fort soutien politique».

Philippe Uzan, CIO Asset Management chez iM Global Partner ajoute: «Nous sommes très heureux de continuer à collaborer avec Adrien Pichoud et son équipe. Ils ont démontré une solide analyse macroéconomique ainsi que des compétences en matière d'allocation tactique, comme en témoignent les performances et les mesures de risque des fonds en 2020.»

A lire aussi...