La Chine exportatrice d’inflation?

Helen Zhu, BlackRock

1 minutes de lecture

Une poussée inflationniste en Chine coïnciderait avec une reprise de l’inflation américaine.

Les réformes occupent une place centrale en Chine après que le président Xi Jinping a renforcé son emprise sur le pays. Parmi les priorités du président: réduire les capacités industrielles, assainir l’environnement, lutter contre la spéculation immobilière et freiner la croissance rapide du crédit. Les réductions de capacité de la Chine se concentrent sur de nouvelles cibles comme le ciment, l’énergie thermique et les produits chimiques, plutôt que sur le charbon, l’acier et l’aluminium.

Xi Jinping cherche également à accroître l’influence de la Chine sur la scène internationale – et il semble encourager l’innovation alors que la Chine passe d’une économie manufacturière à une économie de services. Cette «nouvelle» économie - fondée sur les entreprises privées, la technologie, les soins de santé et l’énergie propre – est le moteur de la croissance. Par ailleurs, la réduction du crédit et l’accent mis sur une croissance de qualité sont de bon augure à long terme.

Les principaux défis à relever sont les suivants:

  1. maintenir la stabilité intérieure malgré les réformes;
  2. réduire l’effet de levier sans nuire à la stabilité financière; et
  3. gérer les conflits avec les États-Unis dans leur quête de suprématie économique.

L’équilibre entre ces priorités permettra de maintenir la croissance chinoise à un niveau qui se situe un peu en deçà de celui de 2017. Le contexte de croissance solide devrait soutenir les réformes, ce qui devrait s’avérer plutôt positif pour les autres économies émergentes.

La Chine a cessé d’exporter sa déflation vers le reste du monde. Les réductions de capacité ont fait baisser les prix des produits de base et ont rehaussé la valeur des exportations chinoises. Va-t-elle maintenant se mettre à exporter de l’inflation? Un tel changement coïnciderait avec une reprise de l’inflation américaine. Les prix des importations américaines en provenance de Chine continuent de baisser, mais à un rythme plus lent. Et les prix globaux des importations aux États-Unis et dans la zone euro augmentent en raison de la hausse des prix des matières premières. Conclusion: nous voyons une poussée de l’inflation en provenance de la Chine qui contribue à soutenir l’inflation mondiale, quoique modestement.