Voici venir le joli mai – Asset Allocation Insights de SYZ

Fabrizio Quirighetti, Adrien Pichoud, Maurice Harari, Luc Filip, SYZ

1 minutes de lecture

Malgré le contexte très favorable, les valorisations globales ne sont plus suffisamment attrayantes et le potentiel de hausse semble désormais assez limité.

«Vends en mai et fais ce qu’il te plaît» dit le célèbre dicton. Mais pour la plupart des investisseurs qui, comme nous, n'ont pas osé renforcer leurs positions au plus bas du marché, le syndrome FOMO (Fear Of Missing Out, ou peur de rater une occasion) a fini par surgir, laissant derrière lui le vent glacial des marchés baissiers tel un Marcheur Blanc dans Game of Thrones. Les marchés et les prix des actifs sont à nouveau soutenus par un scénario boucles d'or, lui-même renforcé par les messages conciliants des banques centrales, les bonnes perspectives de croissance (attestées par la solide création d'emplois aux Etats-Unis et les signes d'amélioration des indicateurs économiques chinois) et l'absence persistante de pressions inflationnistes après une croissance modérée des salaires aux Etats-Unis et un IPC inférieur aux attentes en Australie. Si nous admettons que ce scénario ne durera pas éternellement, il est probable que sa fin a été reportée de quelques semaines ou de quelques mois.

«Nous avons préféré modifier et ajuster
notre allocation en actions en faveur des valeurs cycliques.»

Dans la mesure où le contexte est on ne peut plus favorable, la logique voudrait que nous suivions le mouvement, que nous relevions notre exposition au risque et que nous renforcions notre panier d'actions. Cependant, il pourrait s'avérer beaucoup plus sage de résister à la tentation. Les valorisations globales ne sont plus suffisamment attrayantes et le potentiel de hausse semble désormais assez limité. Les actions américaines ayant recouvré les pertes enregistrées en fin d'année et atteint de nouveaux sommets, la vigueur du phénomène FOMO ébranle la confiance dans la capacité du marché à poursuivre sa progression. Autrement dit, plus il y aura de Marcheurs Blancs sur une glace dont la résistance semble à toute épreuve, plus les fissures commenceront à apparaître. Il va sans dire que le fait qu'ils s'aventurent à l'extérieur les rend plus vulnérables au feu et à la fureur des dragons, en l'occurrence, à la vengeance du marché baissier. Par conséquent, nous avons préféré modifier et ajuster notre allocation en actions en faveur des valeurs cycliques et au détriment des valeurs défensives plutôt que de la relever de manière significative. Le principal risque lié à cet attentisme prudent est que nous risquons de passer à côté d'une forte tendance haussière en cas d'emballement des marchés actions.

Nous admettons donc humblement que nous aurions dû être plus courageux il y a quelques mois, mais il n'est pas toujours facile voire évident de se conduire en chevalier sans peur et sans reproche. Quoi qu'il en soit, les plus courageux ne sont pas toujours ceux qui survivent le plus longtemps, que ce soit dans Game of Thrones ou sur les marchés financiers.

A lire aussi...