La Banque d’Angleterre a retardé l'inévitable aujourd'hui

Oliver Blackbourn, Janus Henderson Investors

1 minutes de lecture

Les attentes seront élevées pour une augmentation de l'objectif d'achat lors de la prochaine réunion à la mi-juin.

Bien que la Banque d'Angleterre n'ait pas modifié son orientation de politique monétaire lors de la réunion d'aujourd'hui, ce n'est qu'une question de temps avant qu'elle ne le fasse. Après l'accumulation de cautions équivalentes à celles émises depuis l'annonce des 200 milliards de livres supplémentaires d'assouplissement quantitatif, elle sera à court de puissance pour soutenir les dépenses du gouvernement dans les mois à venir. Par conséquent, les attentes seront élevées pour une augmentation de l'objectif d'achat lors de la prochaine réunion à la mi-juin.

La livre continue de se comporter comme un actif à risque,
en suivant les grands mouvements des marchés d'actions.

Libérée des défis juridiques et structurels auxquels sont confrontées la Banque centrale européenne et la Riksbank, la Banque d'Angleterre est allée de pair avec le Trésor britannique pour faire face à la crise actuelle. La Banque soulignant que les risques sont toujours orientés à la baisse, il faut s'attendre à ce que ce partenariat étroit se poursuive tout au long de l'été. Le «scénario illustratif» de la Banque modélise un rebond rapide de l'économie, cependant, il reste des points d'interrogation importants quant à la rapidité avec laquelle les dépenses reviendront à la normale. La population britannique a montré un fort soutien aux mesures de verrouillage, mais cela pourrait également prolonger le délai avant de revenir à une attitude de laisser-faire et de dépenses libres.

L'absence d'assouplissement supplémentaire était bon pour le sterling dans les moments qui ont suivi l'annonce. La livre continue de se comporter comme un actif à risque, en suivant les grands mouvements des marchés d'actions depuis la fin de l'année dernière. Après avoir souffert dans la phase de liquidation de la vente de mars, elle a fortement rebondi avec les actions. Toutefois, avec la reprise des négociations commerciales de Brexit et la première échéance de prolongation qui se profile en juin, la livre sterling pourrait profiter d'un fort rebond de la croissance, comme le chiffre de 15% que la Banque prévoit pour 2021.

A lire aussi...