Elections américaines – Poursuite ou changement de régime?

Stefan Kreuzkamp, DWS

1 minutes de lecture

Dans l'état actuel des choses, Donald Trump et le Parti républicain ont fait mieux que prévu. Une victoire écrasante des démocrates semble désormais exclue.

Une fois de plus, l'élection américaine a surpris de nombreux analystes. Dans l'état actuel des choses, Donald Trump et le Parti républicain ont fait mieux que prévu. Une victoire écrasante des démocrates semble désormais exclue. Il n'y aura donc pas de nouveau départ, ce qui devrait satisfaire à court terme une grande partie de l'économie et des investisseurs américains. Mais pour de nombreuses entreprises internationales ainsi que pour environ la moitié de la population américaine, cette victoire sera plutôt décevante. À moyen terme, un résultat partagé pourrait entraîner des difficultés sur les marchés boursiers puisqu'il empêcherait l'adoption de nouvelles politiques susceptibles de donner un nouvel élan. Le contexte de taux d'intérêt bas demeure inchangé.

Il pourrait s'écouler des jours, voire des semaines, avant que les résultats définitifs ne soient disponibles. Ni les investisseurs ni les entrepreneurs n'apprécieront cette situation. Sur la base des décomptes actuels, nous pensons que la Chambre des représentants restera démocrate et que le Sénat et la présidence demeureront contestés. Le contrôle démocrate de la Maison Blanche et du Congrès n'est donc pas exclu, mais il est beaucoup moins probable que nous l'avions supposé.

Le maintien du statu quo est envisageable, et donc pas de retrait de la réforme fiscale de Trump en vue. Ce qui signifie aussi l'adoption en temps voulu d'un plan de relance global est devenue moins probable. Si Trump reste en poste, les conflits qui couvent, par exemple avec la Chine, risquent de s'aggraver.

Il est encore beaucoup trop tôt pour évaluer définitivement la situation, et nous ne voudrions pas insister sur les réactions précoces du marché. Les investisseurs ne se feront probablement pas une idée claire des priorités de la nouvelle administration, de ce qu'elle veut et peut faire, avant le premier semestre 2021.

En tout état de cause, certains moteurs clés des marchés des capitaux sont largement indépendants des résultats des élections. Il s'agit notamment de la poursuite de la pandémie à court terme et de la politique de la banque centrale à moyen terme. Il est probable que la Fed continuera à offrir un environnement de taux d'intérêt bas et soutiendra également les marchés par d'autres moyens. Il en va de même pour les banques centrales hors Amérique.

En bref, nous sommes loin du changement de cap politique annoncé. Ce qui signifie aussi que nous n'avons pas à craindre de changements trop radicaux.

A lire aussi...