Dissonance entre consommateurs et administrateurs

DWS

1 minutes de lecture

Graphique de la semaine de DWS. Les consommateurs ont le moral, alors que les conseils d’administration sont beaucoup plus pessimistes.


©Keystone

Gloire au consommateur! On doit beaucoup aux ménages privés : notamment le fait que, grâce à eux, le ralentissement économique causé par les conflits commerciaux mondiaux et la faiblesse du secteur manufacturier ne nous a pas encore plongés dans une récession plus vaste. Les consommateurs se sont montrés remarquablement résilients face à une série de mauvaises nouvelles, notamment en matière de commerce mondial. Comme le montre notre «Graphique de la semaine» ci-dessous, les sondages sur la confiance des consommateurs continuent d'indiquer un optimisme qui devrait se traduire par une demande soutenue. En revanche, l'ambiance semble beaucoup plus pessimiste au sein des directions d’entreprise. Dans une enquête comparable1, les CEO jugent la situation aussi mauvaise qu'elle l'était en 2011, et avant cela pendant la grande crise financière.

Les «sautes d'humeur» semblent plus prononcées
et plus fréquentes chez les dirigeants.

Un coup d'œil aux expériences passées nous montre deux choses: d'une part, les conseils d'administration ont tendance à identifier plus rapidement le début des récessions que la grande majorité des ménages privés. En revanche, les «sautes d'humeur» semblent plus prononcées et plus fréquentes chez les dirigeants. Au cours de la dernière décennie, le moral des cadres dirigeants a déjà été ébranlé à plusieurs reprises, pour ensuite rebondir à nouveau. 

Ce qui nous ramène à la situation actuelle. Naturellement, nous tirons une certaine confiance de la bonne humeur persistante des consommateurs. Néanmoins, la baisse de moral des chefs d'entreprise est préoccupante. Selon nos analyses, cela reflète le niveau toujours élevé d'incertitude politique, que ce soit en ce qui concerne le Brexit ou le différend commercial entre les Etats-Unis et la Chine. Cela a un impact non seulement sur la confiance, mais aussi sur le mode d'investissement. Nous pensons qu'il appartiendra aux hommes politiques de faire en sorte que les choses s'améliorent durablement en atténuant notamment le conflit commercial mondial.

 

1 Conference Board CEO Confidence Survey

A lire aussi...