USA/New York: l’activité manufacturière au plus haut en huit mois

AWP

1 minutes de lecture

L’indice Empire State pour le mois de mars s’établit à 17,4 points, soit une progression de 5,3 points par rapport à février et plus que les 15 points attendus par les analystes.

L’activité manufacturière dans la région de New York a grimpé en mars à son niveau le plus élevé depuis juillet 2020, et les prix payés aux fournisseurs sont au plus haut depuis 10 ans, selon l’indicateur mensuel Empire State publié lundi par la Fed.

L’indice mesurant les conditions générales d’activité s’établit à 17,4 points (+5,3 points par rapport à février), plus que les 15 points attendus par les analystes. «L’activité commerciale a progressé à un rythme soutenu dans l’État de New York», relève la Banque centrale dans son communiqué.

Un indice supérieur à zéro montre que l’activité est toujours en croissance.

Les prix payés aux fournisseurs continuent d’augmenter à un rythme très rapide, prenant 7 points, pour s’établir à 64,4 points, leur niveau le plus élevé en une décennie, reflétant les tensions sur la chaîne d’approvisionnement.

Les nouvelles commandes ont augmenté en mars, mais moins qu’en février, et l’indice les mesurant s’établit à 9,1 points (-1,7 point). Les expéditions de produits en sortie d’usine ont fortement augmenté, mais les délais de livraison s’allongent. Quant aux stocks, ils sont aussi plus élevés.

Après une belle amélioration en février, la situation de l’emploi dans le secteur reste stable, mais les dirigeants d’entreprises du secteur sont optimistes pour les mois à venir. «L’indice des perspectives d’emploi a atteint son plus haut niveau en plus de dix ans, ce qui donne à penser que les entreprises s’attendent largement à embaucher dans les mois à venir», relève la Fed.

Le plan de relance de 1.900 milliards de dollars adopté au Congrès, et signé jeudi par le président Joe Biden, devrait accélérer la croissance de la consommation. Les premiers chèques de 1.400 dollars par personne ont été envoyés ce week-end.

Mais à plus long terme, la croissance du secteur manufacturier devrait ralentir à l’approche de l’été, car la vaccination d’une large partie de la population américaine permettra la réouverture de nombreuses activités comme les bars, les restaurants, le tourisme. Une importante part des dépenses devrait alors être dirigée vers les services, plutôt que vers les biens.

«Cependant, le secteur manufacturier restera dans l’ensemble solide en 2021», anticipe Kathy Bostjancic, analyste pour Oxford Economics.

A lire aussi...