PIB Suisse: prévisions aggravées de Credit Suisse

AWP

1 minutes de lecture

L’économie devrait reculé de 3,5% en 2020, selon les experts de la banque qui tablaient sur une baisse de seulement 1% précédemment.

Les économistes de Credit Suisse ont revu à la baisse leurs prévisions conjoncturelles pour la Suisse. Désormais, ils tablent sur un recul de 3,5% du produit intérieur brut (PIB) cette année. La prévision précédente était à -1,0%.

Le début de l’assouplissement des mesures prises par le Conseil fédéral devrait permettre l’économie de commencer à se reprendre, ont indiqué jeudi soir les économistes de la banque aux deux voiles dans une analyse. La reprise devrait être plus lente que prévu jusqu’ici, surtout pour les branches orientées à l’exportation.

Les annonces du Conseil fédéral sont conformes aux attentes des économistes du Credit Suisse qui pensaient que les mesures les plus sévères seraient levées après deux à trois mois. Le gouvernement met la priorité sur la réduction des nouvelles contaminations. Certaines mesures de limitation vont donc rester en vigueur plus longtemps.

Les effets de la crise du coronavirus se font de plus en plus sentir au niveau des statistiques. La fermeture des stations de ski et des frontières, en mars, a débouché sur des baisses de parfois plus de 90% des chiffres d’affaires dans le tourisme. Pas concerné par la limitation des voyages, le fret aérien s’est effondré de 40% en mars.

Au final, les experts du CS estiment que la demande de consommation est actuellement environ 20% inférieure à ce qu’elle était avant les mesures. Calculé sur deux mois, ces mesures ont coûté environ 12 milliards de francs ou 3,1% de création de valeur.

Après la levée des mesures, une partie de la consommation va se normaliser, grâce notamment aux mesures comme le chômage partiel et les crédits relais. Malgré cela et grâce à la hausse du pouvoir d’achat liée à une inflation négative, la consommation privée devrait reculer en moyenne de 2,1% cette année.

La consommation publique devrait elle augmenter de 3%. Le commerce extérieur devrait reculer de 4% à cause du recul de l’économie mondiale et l’industrie des machines devrait souffrir le plus. Les économistes du CS prévoient aussi une baisse des investissements, sans recul massif toutefois.

Pour 2021, les experts tablent sur une reprise «imposante» de 3,5%, mais cela n’effacera pas tout à fait le recul de 2020. Il sera décisif de pouvoir éviter de nouvelles mesures restrictives en cas de seconde vague de la pandémie.

A lire aussi...