Déficit record en 2020 pour la Confédération

AWP

1 minutes de lecture

Ce résultat s’explique avant tout par l’impact de la pandémie de coronavirus, explique le Département fédéral des finances.

La Confédération a bouclé l’exercice comptable 2020 sur un déficit record de 15,8 milliards de francs. Ce résultat s’explique avant tout par l’impact de la pandémie de coronavirus, explique le Département fédéral des finances mercredi dans un communiqué.

Alors que le budget prévoyait un excédent de 344 millions, l’année s’est terminée sur un déficit de 15,8 milliards, sont les résultats provisoires du compte 2020. Cette détérioration du résultat de 16,1 milliards est due aux conséquences de la pandémie de coronavirus.

Le ralentissement économique suite aux mesures prises pour enrayer l’épidémie a provoqué une diminution des recettes (-3,7 milliards, soit -5%). La Confédération a par ailleurs réalisé d’importantes dépenses extraordinaires (14,7 milliards) pour atténuer les conséquences économiques du coronavirus.

Recettes en baisse

Les recettes ordinaires ont reculé de 3,4%, ce qui correspond à peu près à la baisse prévue du produit intérieur brut (PIB) (-3,9%). Cette régression de 2,6 milliards est liée principalement à celle du produit de l’impôt anticipé (-3,1 milliards).

Le produit de la TVA et celui de l’impôt sur les huiles minérales ont également diminué (-0,4 et de -0,3 milliard). L’impôt fédéral direct, portant sur les revenus enregistrés en 2019, a en revanche connu une légère croissance (+0,9 milliard).

Les dépenses effectives consacrées à la lutte contre la pandémie se sont élevées à 15 milliards en 2020, dont 10,8 milliards pour les indemnités en cas de réduction de l’horaire de travail et 2,2 milliards pour les allocations pour perte de gain due au coronavirus. Les dépenses liées au cas de rigueur ne seront visibles que dans le compte 2021.

Ralentissement moins fort que prévu.

Au total le montant des dépenses est toutefois inférieur aux 31 milliards qui avaient été autorisé en 2020 pour les mesures de lutte contre le coronavirus. Ces moyens avaient été engagés au printemps, alors que les effets de la pandémie ne pouvaient être estimés que de manière approximative. Le ralentissement économique a été moins fort que prévu.

La dette nette a progressé de 15,5 milliards en 2020. La Confédération a accru son endettement en 2020 pour financer les mesures de lutte et réduit ses liquidités, donc son patrimoine financier. Elle a toutefois pu limiter les nouveaux emprunts et la dette brute n’a progressé «que» de 6,7 milliards en 2020 pour atteindre 103,7 milliards.

Pour l’année en cours, les estimations les plus récentes prévoient un déficit de financement de quelque 20 milliards en raison des dépenses extraordinaires prévues pour enrayer la pandémie (environ 17 milliards au total). La Confédération s’attend ensuite à une lente reprise durant les années 2023 à 2025.

A lire aussi...