Chine: mesure anti-dumping ciblant le styrène américain

AWP

1 minutes de lecture

Les entreprises importatrices chinoises achetant les composants chimiques incriminés doivent verser auprès des douanes une caution correspondant à une marge supposée de dumping entre 5% et 10,7%.

La Chine a annoncé l’imposition d’une mesure anti-dumping préliminaire ciblant des importations de styrène, un composant chimique crucial, provenant notamment des Etats-Unis, sur fond de frictions commerciales grandissantes entre Pékin et Washington.

Le ministère chinois du Commerce a affirmé lundi soir, dans une décision préliminaire, que les ventes de styrène américain, mais également sud-coréen et taïwanais, bénéficiaient d’une politique de dumping pratiquée par les pays exportateurs.

Avec pour conséquence une concurrence déloyale contre la propre industrie chimique du géant asiatique: «Les producteurs de styrène en Chine continentale ont souffert d’un tort substantiel», insiste le ministère.

Une première sanction est adoptée par Pékin: à partir de mardi, les entreprises importatrices chinoises achetant les composants chimiques incriminés doivent verser auprès des douanes une caution correspondant à une marge supposée de dumping entre 5% et 10,7%.

Il s’agit d’un arbitrage préliminaire, avant la future décision finale sur d’éventuelles taxes anti-dumping que, le cas échéant, la caution versée permettra de couvrir.

Le styrène est un matériau crucial permettant de produire divers plastiques dont le polystyrène, qui servent à fabriquer de nombreux emballages.

L’an dernier, la Chine a importé 3,21 millions de tonnes de styrène américain, pour une valeur surpassant 4 milliards de dollars, selon les chiffres des douanes. Pékin avait lancé en juin dernier une enquête sur ces importations, après des plaintes d’industriels locaux.

Cette annonce du régime communiste est un nouveau signe de l’intensification des tensions commerciales entre Pékin et Washington.

Le président américain Donald Trump dénonce volontiers le déséquilibre des échanges sino-américains et fustige la politique jugée protectionniste de la Chine.

Les Etats-Unis ont adopté le mois dernier des «droits de sauvegarde» sur des panneaux solaires chinois et les grandes machines à laver fabriquées en Chine.

D’autres produits du géant asiatique – acier, feuilles d’aluminium, bois contreplaqué – sont dans le viseur des autorités américaines, et ciblés par des enquêtes, des mesures antisubventions ou des droits antidumping.

De son côté, la Chine a récemment ouvert une enquête antidumping sur le sorgho américain, dont elle a importé l’an dernier pour 1 milliard de dollars, et n’exclu pas de cibler le soja – ouvrant la voie à de possibles mesures de rétorsion de Pékin dans l’agriculture.