Les entreprises françaises sont-elles surendettées?

Bruno Cavalier, ODDO BHF

1 minutes de lecture

Au cours de la dernière décennie, la dette des sociétés françaises n’a pas cessé de croître, un mouvement atypique parmi les grands pays européens.

Il est usuel de s’inquiéter de la dette publique en France, il l’est moins de lancer une alerte sur la dette des entreprises. C’est pourtant ce qu’ont fait récemment diverses autorités de tutelle. Au cours de la dernière décennie, la dette des sociétés françaises n’a pas cessé de croître, un mouvement atypique parmi les grands pays européens. Il s’agit principalement de grands groupes qui profitent de conditions financières avantageuses pour mener des acquisitions, notamment à l’étranger, ou pour augmenter leurs actifs financiers. Ce faisant, ils s’exposent au risque de remontée des taux ou à une défiance de leurs actionnaires.

émission de dettes de marché

L’endettement du secteur privé français a augmenté d’un peu plus de 30 points de PIB depuis fin 2007 pour avoisiner 150% du PIB. D’après nos calculs, sur la même période, ce ratio a peu varié dans les autres pays de la zone euro, à environ 135% du PIB. En France, la dérive tient avant tout à l’endettement des entreprises, qui a augmenté de 20 points en une décennie. Sur les dernières années, cette hausse ne tient pas à un emballement incontrôlé des emprunts bancaires mais à l’émission de dettes de marché.

Les grandes entreprises à la base du problème

Le problème concerne donc avant tout les grandes entreprises, les seules ayant un accès aisé aux marchés de capitaux. L’environnement de taux d’intérêt bas les encourage à s’endetter, quitte à augmenter simultanément leurs actifs financiers. Une étude récente de l’INSEE montrait ainsi que, net des liquidités, le taux d’endettement des entreprises françaises était relativement contenu et s’inscrivait dans la configuration générale observée ailleurs en zone euro. Il ne semble pas que ces opérations financières se fassent au détriment de l’investissement productif, qui a progressé à rythme soutenu en 2017.

Inquiétudes en hauts lieux

Ce surcroît d’endettement soulève un risque en cas de remontée des taux ou de fléchissement des conditions d’activité. Le Haut Conseil de Stabilité Financière s’en est publiquement inquiété il y a quelques semaines, demandant aux banques de limiter leur exposition aux entreprises les plus endettées. Le signal se voulait préventif et symbolique. Il est facile d’imaginer que les déboires boursiers rencontrés par un groupe ayant multiplié les opérations d’acquisition à l’étranger a mis en alerte les régulateurs. Le sujet a aussi été évoqué lors du Conseil des Gouverneurs de la BCE en décembre dernier, attirant là aussi une mise en garde sur les opérations à effet de levier.

 

France: endettement des entreprises par catégorie

 
France: endettement du secteur privé

Sources: BdF, Commission européenne, Oddo BHF Securities