Le marché de l’immobilier résidentiel reste stable

Communiqué, MoneyPark

1 minutes de lecture

Le Real Estate Risk Index (RERI) de MoneyPark a progressé de 0,3 points d’indice pour s’établir à 3,8 au troisième trimestre 2020.

Le Real Estate Risk Index (RERI) de MoneyPark a baissé de 0,3 points d’indice pour s’établir à 3,8 au 3e trimestre 2020. Cette situation implique certes également une diminution du risque, mais celui-ci reste accru.

L’indice a ainsi retrouvé le niveau établi à fin 2019, avant la pandémie du coronavirus.

Cette diminution est principalement due à la rapide évolution de la reprise économique au troisième trimestre. La hausse du taux d’utilisation des capacités en particulier a engendré une amélioration du moral chez les directeurs d’achat et même, le retour de l’Indice des directeurs d’achat (PMI) dans la zone de croissance.

Cependant, la viabilité de la reprise économique est très incertaine. Il est actuellement difficile d’estimer les restrictions économiques engendrées par la deuxième vague du coronavirus qui a récemment touché la Suisse, mais également la quasi-totalité des pays qui nous entourent.

Les signes de risques accrus en raison de la pandémie sont à peine visibles sur le marché de l’immobilier résidentiel. Au contraire, la demande excédentaire déjà existante a plutôt augmenté.

Les prix de l’immobilier résidentiel sont, jusqu’à présent, restés stables face à la crise du coronavirus. Les maisons individuelles sont même encore plus recherchées qu’avant la pandémie et enregistrent donc une augmentation correspondant à la moyenne des dix dernières années. Du côté des appartements en propriété, les prix ont légèrement reculé, surtout dans le segment haut de gamme.

A lire aussi...