Recul du bénéfice semestriel de la Banque cantonale de Bâle

AWP

1 minutes de lecture

En raison des incertitudes, l’établissement se refuse d’énoncer des prévisions pour le reste de l’année. Les investisseurs ne lui en tiennent pas rigueur, le titre grimpe.

La Banque cantonale de Bâle (BKB) a subi au premier semestre un repli de sa rentabilité et des recettes, notamment en raison du coronavirus. En raison des incertitudes, le groupe se refuse d’énoncer des prévisions pour le reste de l’année.

Durant la période sous revue, le produit d’exploitation du groupe s’est établi à 254,4 millions, en recul de 8,1% sur un an, indique jeudi un communiqué.

Les opérations d’intérêt, qui contribuent le plus aux revenus, se sont repliées de 2,5% à 168,6 millions. Les recettes générées par le négoce se sont quant à elles effondrées de 38,9% à 21,6 millions en raison de correctifs de valeurs et de la retenue des investisseurs sur les marchés durant le semi-confinement.

Les charges ont également diminué de 4,1% à 177,9 millions de francs, grâce à une meilleure intégration des activités des filiales du groupe, à savoir la BKB et la banque Cler.

Le bénéfice net a baissé de 6,5% à 50,89 millions de francs et le résultat d’exploitation a chuté de 15,4% à 63,1 millions de francs.

Malgré une gestion rigoureuse des risques, les volumes hypothécaires ont gagné de 1,2% à 29 milliards,

Dans le cadre du soutien aux entreprises affectées par la pandémie, le groupe a octroyé des crédits de presque 200 millions de francs. Les provisions pour risques ont en outre été relevé de 8,1 millions.

En raison des incertitudes, l’établissement se refuse de communiquer des prévisions pour le deuxième semestre.

Banque Cler résiste

Au niveau des unités d’affaires, le bénéfice de la BKB (maison-mère sans la banque Cler) a reculé de 4,1% à 46,1 millions de francs tandis que le résultat d’exploitation a dévissé de 31,5% à 45,3 millions.

De janvier à juin, le produit d’exploitation a été amputé de 9,1% à 172,2 millions, les recettes des activités de taux d’intérêt ayant cédé du terrain à 79,4 millions (88,5 millions) contrairement aux revenus tirés des commissions et services qui ont pris de la hauteur à 36,4 millions (34,9 millions).

Quant à la Banque Cler, ex-banque Coop, elle a réussi à maintenir son bénéfice net quasi-table à 19,9 millions de francs (+0,6%) et prévoit un gain net stable pour l’ensemble de l’année, nonobstant l’impact du coronavirus, difficile à évaluer.

Les investisseurs semblaient apprécier les nouvelles du jour. Le bon de participation prenait 3,1% à 65,80 francs dans un SPI en baisse de 0,22%.

A lire aussi...