Le bénéfice de Raiffeisen s’approche du milliard

AWP

1 minutes de lecture

La troisième banque suisse, dirigée par Patrik Gisel, améliore sa rentabilité 2017 de plus de 20%. Tous les secteurs progressent.

Raiffeisen a enregistré en 2017 un bénéfice net «record» de 917,1 millions de francs, soit une progression de 21,6% sur un an. Tous les secteurs ont contribué à cette performance, de même que des effets uniques positifs. Pour 2018, la troisième banque helvétique ne s’attend pas à réaliser de meilleurs résultats que ceux de l’«excellent» exercice écoulé, annonce-t-elle vendredi.

Durant la période sous revue, le résultat opérationnel s’est envolé de 29,7% à 1,11 milliards de francs et le produit d’exploitation a augmenté de 6,5% à 3,3 milliards.

Les recettes générées par les opérations d’intérêts se sont inscrites à 2,2 milliards de francs (+1,3%), les opérations de commissions et prestations de services à 494,3 millions (+5,9%) et celles de négoce à 230,4 millions de francs (+1,1%).

Le gain net a profité à hauteur de 119,4 millions de francs de la vente des participations dans Helvetia et Avaloq ainsi que d’autres positions.

Les charges d’exploitation ont pour leur part enregistré une hausse 1,3% à 2,0 milliards de francs et le ratio coûts/revenus s’est aussi amélioré (-3,1 points à 60,8%).

Au niveau du bilan, les prêts à la clientèle ont pris 4,1% à 180,5 milliards de francs tandis que les créances hypothécaires ont augmenté de 4,3% à 172,6 milliards. Les actifs sous gestion (AuM) ont pour leur part avancé de 3,4% à 209,6 milliards de francs et les dépôts de la clientèle sont en hausse de 3,7% à 164,0 milliards.

Au cours de l’exercice en cours, la banque ne s’attend pas à dépasser les résultats de 2017.

PROCÉDURE FINMA

L’année dernière a également été marquée par la procédure ouverte par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés (Finma) à l’encontre de Raiffeisen Suisse. L’établissement st-gallois rappelle que «différentes investigations ont soulevé des questions relatives aux structures et processus en lien avec la gestion des participations», sans fournir d’autres informations.

Cette semaine, la coopérative bancaire a décidé de porter plainte contre son ancien directeur général (CEO) Pierin Vincenz. Raiffeisen soupçonne son ancien patron de gestion déloyale et espère que cette plainte permettra de faire la lumière sur les événements. La procédure est dirigée à l’encontre de M. Vincenz et toute autre personne potentiellement impliquée.

 

Patrik Gisel ne démissionnera pas
Le directeur général (CEO) du groupe Raiffeisen, Patrik Gisel, ne compte pas démissionner en raison de la procédure pénale lancée contre son prédécesseur Pierin Vincenz, a-t-il déclaré vendredi lors de la conférence de bilan de la banque à Zurich.
Le patron, en collaboration avec les autres membres de la direction, a longuement réfléchi et mené des recherches sur ce qui aurait pu être fait autrement. «J’ai réalisé au cours des deux années et demi beaucoup de travail de dégroupage et nettoyage», a souligné M. Gisel. Il est convaincu d’être sur la bonne voie et exclut ainsi de démissionner.
Une amélioration des programmes de conformité à tous les étages a aussi été mise en place.