Matières premières: l'économie toujours au coeur des préoccupations

Norbert Ruecker, Julius Baer

1 minutes de lecture

La situation de l’économie a été au coeur des préoccupations des marchés des matières premières récemment.

La demande diminue

La situation n’a guère évolué sur les marchés des matières premières. La consommation des ressources ralentit à mesure que l’économie mondiale s’essouffle. La forte agitation du marché, due essentiellement à des facteurs politiques, pèse sur le sentiment. Après s’être ressaisies par rapport à leur niveau plancher annuel de la fin de 2018, les matières premières ont globalement fluctué dans une fourchette de prix étroite. L’économie mondiale connaît un ralentissement temporaire et la croissance devrait se prolonger en 2020, ne serait-ce que grâce aux politiques d’assouplissement. Les taux de croissance devraient cependant rester faibles. Les fondamentaux restant peu favorables aux matières premières, leurs prix devraient stagner. Nous restons Neutres.

Pétrole: moindre demande de pétrole de schiste

La demande de pétrole affiche son taux de croissance le plus faible depuis la dernière récession. Cette faiblesse s’explique par les améliorations au niveau de l’efficacité énergétique dans les pays occidentaux et par certains facteurs économiques spécifiques, comme la décélération de la croissance en Inde. Les marchés pétroliers sont suffisamment approvisionnés et aucune
augmentation significative de l’offre n’est nécessaire. La production du Canada, du Brésil et de la mer du Nord étant appelée à augmenter, les débouchés sont limités pour le pétrole de schiste américain, ce qui devrait entraîner un plafonnement des prix du pétrole à court terme.

Or: valeur refuge dans un climat d’incertitude

L’incertitude domine sur les marchés financiers sur fond d’instabilité de l’économie mondiale, de tensions commerciales et d’agitation politique. Un tel climat devrait continuer à alimenter la demande pour l’or en tant que valeur refuge. L’assouplissement des politiques monétaires dans les pays occidentaux devrait également bénéficier au métal jaune. L’optimisme exceptionnel du marché est le reflet de ce contexte favorable. Nous ne craignons pas les prises de bénéfices, mais tablons sur une hausse à court terme des prix de l’or.