La santé publique touchée par le blocage des négociations avec l'UE

AWP

1 minutes de lecture

Sans accord-cadre avec l'Union européenne, la Suisse ne serait pas associée aux commandes groupées de vaccins contre une pandémie de grippe.

Le blocage d'un accord-cadre avec l'Union européenne risque de poser des problèmes de santé publique. Formellement coupée des réseaux d'alerte européens, la Suisse ne serait pas associée aux commandes groupées de vaccins contre une pandémie de grippe, s'inquiète jeudi la commission de gestion du National.

Or, la Suisse est actuellement confrontée à de sérieux problèmes d'approvisionnement en vaccins, également hors des périodes de crise sanitaire, a expliqué l'administration fédérale à la commission. Cette dernière invite l'ensemble des acteurs concernés à œuvrer dans les plus brefs délais à une amélioration de la situation dans ce dossier et à examiner toutes les solutions possibles.

L'organe parlementaire de surveillance se penche depuis un an sur la participation de la Suisse aux réseaux d'alerte santé européens. Un accord bilatéral régissant la coopération sanitaire bilatérale est prêt, lui a indiqué l'administration fédérale en octobre 2017, mais il est bloqué dans l'attente de l'aboutissement des négociations institutionnelles avec l'UE.

La situation n'a pas évolué depuis et les conséquences sont préoccupantes pour la sécurité sanitaire. Privée d'un accès formel aux systèmes d'alerte et de communication de l'UE, la Suisse ne participe plus aux travaux stratégiques de coordination à ce niveau.

Coordination limitée

La coordination avec les pays voisins pour détecter et gérer les événements tels que des pandémies n'est possible que dans une mesure limitée. La Suisse ne bénéficie en outre plus du soutien des experts européens pour se préparer aux événements critiques et n'a plus accès aux réseaux scientifiques européens.

La commission a constaté que l'Office fédéral de la santé publique fait tout ce qu'il peut pour remédier à cette situation problématique. Mais elle souhaite à nouveau exprimer sa préoccupation vis-à-vis de la situation actuelle.