Adapter le système de santé au vieillissement de la population

AWP

1 minutes de lecture

«Si nous arrivons à prolonger la vie en bonne santé, nous avons beaucoup à y gagner», a déclaré Alain Berset.

Le conseiller fédéral Alain Berset a ouvert la conférence sur le vieillissement et la santé lundi à Berne. «Si nous arrivons à prolonger la vie en bonne santé, nous avons beaucoup à y gagner. Car les gens augmentent leur qualité de vie et notre système sanitaire s’en trouve déchargé», a-t-il déclaré.

Près de 250 acteurs du domaine de la santé, invités par Alain Berset, ont débattu de la santé des personnes, a indiqué le Département fédéral de l’intérieur (DFI). La nouvelle stratégie Santé2030, adoptée par le Conseil fédéral en décembre dernier, était au coeur de la rencontre.

En particulier un de ses quatre objectifs: «Vieillir en bonne santé». Et pour y parvenir, le conseiller fédéral a souligné qu’il valait la peine d’investir dans la prévention, comme à chaque étape de la vie.

De plus en plus d’octogénaires

En Suisse, les chances de vivre longtemps n’ont jamais été aussi bonnes. L’espérance de vie des femmes en Suisse dépasse 85 ans, celle des hommes atteint presque 82 ans. Ces prochaines années, le nombre de personnes de plus de 80 ans continuera à croître.

Cette évolution démographique induit une augmentation du nombre de maladies non transmissibles comme le diabète, les maladies cardiovasculaires et le cancer. En conséquence, les besoins de soins, de traitements et de prises en charge croissent aussi.

Aujourd’hui, les offres en la matière sont insuffisantes ou non coordonnées, et leur financement à long terme n’est pas assuré. Le système de santé n’est pas encore assez préparé au fait que les personnes âgées vivent souvent avec différentes maladies chroniques, non transmissibles ou psychiques.