Réduites mais pas en panne – Perspectives 2019 de Vanguard

Communiqué, Vanguard

2 minutes de lecture

«Au cours des prochaines années, les rendements ajustés au risque devraient être, au mieux, modestes», estime le chef économiste Peter Westaway.

Vanguard a publié aujourd’hui ses perspectives annuelles concernant l’économie et les marchés. Selon les économistes de la société de gestion, une récession peut être évitée à court terme. En somme, la croissance économique devrait ralentir mais ne pas caler. En termes de performance, pour un portefeuille équilibré libellé en dollars, composé pour 60% d’actions et 40% d’obligations, Vanguard prévoit un rendement annuel à 10 ans compris dans une fourchette de 4% à 6%.

«Au cours des prochaines années, les rendements ajustés au risque devraient être, au mieux, modestes, compte tenu du contexte marqué par une croissance modérée et le dénouement graduel de la politique monétaire accommodante», a déclaré Peter Westaway, PhD, chef économiste de Vanguard et responsable de la stratégie d’investissement du groupe en Europe. 

La croissance économique devrait ralentir, mais ne pas caler

Malgré plusieurs facteurs indiquant un risque accru de récession en 2019, l’analyse menée par Vanguard sur les fondamentaux et les moteurs historiques des récessions conclut que le scénario le plus probable consiste en un ralentissement de la croissance, s’opérant d’abord aux Etats-Unis et en Chine. Le fléchissement attendu de la croissance mondiale sur les deux prochaines années est néanmoins porteur de risques pouvant affecter l’économie et les marchés. Les scénarios potentiels incluent la possibilité d’une grave décélération de l’économie chinoise, d’une erreur de politique de la Fed à mesure qu’elle relève davantage ses taux vers un territoire plus «restrictif», de tensions liées aux échanges commerciaux et d’autres incertitudes d’ordre géopolitique et politique. 

La normalisation de la politique monétaire
se poursuit, tandis que l’inflation reste contenue.

Avec un taux de chômage bas et un raffermissement de l’inflation, les banques centrales à travers le monde devraient rester sur la voie d’une normalisation progressive, laquelle devrait inclure un relèvement des taux de la Banque centrale européenne fin 2019. En ce qui concerne les Etats-Unis, la Fed poursuivra sa politique de hausse graduelle des taux pour atteindre un niveau de taux d’intérêt terminal de 2,75 à 3% mi-2019, cette hausse étant suivie d’une pause momentanée ou d’un arrêt en vue d’une réévaluation des conditions économiques.

Une amélioration des perspectives d’investissement.

Les économistes de Vanguard tablent sur des perspectives qui restent prudentes et bien inférieures aux normes historiques. Leur instrument d’analyse d’investissement propriétaire, le Modèle des marchés de capitaux de Vanguard (Vanguard Capital Markets Model), indique une perspective mondiale pour les actions sur les dix prochaines années située dans une fourchette de rendements de 4,5% à 6,5%. La solide performance enregistrée sur les 9 dernières années et demie a poussé les valorisations à des niveaux bien plus élevés et quelque peu exagérés par rapport au passé relativement aux ratios CAPE fondés sur la «juste valeur» de Vanguard, ce qui explique la perspective plus prudente par rapport aux situations antérieures, depuis la crise financière. En ce qui concerne les marchés obligataires mondiaux (en prenant en compte la couverture en dollars des obligations non-libellées en dollars), les investisseurs peuvent s’attendre à des rendements situés dans une fourchette de 2,5 à 4,5%.

«Compte tenu des perspectives difficiles qui se profilent, les investisseurs devraient se concentrer sur des facteurs clés tels que: économiser plus, travailler plus longtemps, dépenser moins et contrôler leurs coûts d’investissement. En outre, les investisseurs devraient continuer d’adhérer à des principes d’investissement éprouvés, tels que maintenir un objectif à long terme et adopter une allocation d’actifs disciplinée», a déclaré Peter Westaway.