La flexibilité est de mise

AXA Investment Managers

1 minutes de lecture

«Une gestion active des risques est particulièrement importante», insiste Serge Pizem, Head of Multi-Asset-Investments chez AXA IM.

Ces dernières années furent des périodes relativement calmes pour les acteurs des marchés financiers internationaux: grâce à la politique monétaire accommodante des principales banques centrales et à la conjoncture mondiale solide, les cours connurent une hausse stable, hormis de petites exceptions. Mais, ce calme semble passé. Le cycle de hausse des taux aux Etats-Unis bat son plein et en Europe, la fin de la politique de taux bas s’annonce. En même temps, les conflits politiques, au premier plan desquels les litiges entre les Etats-Unis et de nombreux autres pays autour des barrières douanières, tiennent les investisseurs en haleine. Cela a déjà entraîné ces derniers mois des fluctuations des cours nettement plus importantes.

«Toutefois la conjoncture demeure robuste. Durant l’année en cours, nous prévoyons une croissance économique de 2,9% pour les Etats-Unis et, pour la zone euro, d’encore 2,3%», déclare Serge Pizem, Head of Multi-Asset-Investments chez AXA IM. Le fait que l’économie mondiale réussisse à s’adapter à l’aggravation des conditions générales pourrait notamment se traduire par le maintien d’une croissance forte aux Etats-Unis, par une croissance stable, supérieure au potentiel dans la zone euro et par un affaiblissement modéré en Grande-Bretagne, en Chine et au Japon. En parallèle, l’inflation et les taux devraient augmenter plutôt lentement et même les spreads des obligations d’entreprises devraient connaître une expansion modérée

Attention aux taux négatifs

Néanmoins, il faudrait tenir compte de risques qui se manifesteraient dans deux principaux scénarios négatifs. «Le premier est une surchauffe possible de la conjoncture avec une progression rapide de l’inflation, des rendements obligataires orientés à la hausse, une volatilité élevée et des ventes de titres de marchés émergents. Le deuxième est la fin de la croissance économique avec des prévisions de croissance et d’inflation en baisse, la fin du durcissement de la politique monétaire, des cours d’actions en baisse mais des cours des emprunts d’Etat en hausse», explique Serge Pizem. Chacun de ces scénarios pose de multiples défis aux investisseurs.

Exploiter les avantages

Dans un environnement aussi difficile, les stratégies multi-assets peuvent apporter des avantages. «La combinaison de différentes catégories de placement permet de réagir au changement des conditions générales avec la flexibilité nécessaire. Les risques peuvent être gérés, les opportunités peuvent être exploitées de manière ciblée. Une gestion active des risques est en l’occurrence particulièrement importante», insiste Serge Pizem.

Dans l’environnement de marché actuel, l’expert maintient sa surpondération en actions américaines en raison de la croissance économique solide et durable. A court terme, il se positionne en faveur des emprunts d’Etat et des titres investment grade européens car la fin de la politique des taux bas et la hausse de l’inflation devraient conduire à des rendements obligataires plus élevés. Sur le long terme, Serge Pizem mise sur des obligations indexées sur l’inflation au lieu des obligations à taux nominal.