La BCE ne peut se permettre de décevoir les marchés

Aneeka Gupta, WisdomTree

1 minutes de lecture

La Banque centrale européenne pourrait notamment mettre en place un QE d'une valeur de 45 milliards d'euros sur les 18 prochains mois.

La récente détérioration des indicateurs économiques européens couplée aux risques croissants d'un Brexit sans accord ont exacerbé les attentes sur le programme d'assouplissement de la Banque centrale européenne (BCE) qui sera discuté lors de la réunion de cette semaine. Et, cette fois, la BCE ne peut se permettre de décevoir les marchés. Il est donc probable qu’elle mette en place un ensemble complet de mesures d'assouplissement qui pourrait inclure:

  1. Un assouplissement quantitatif (QE) d'une valeur de 45 milliards d'euros sur les 18 prochains mois, soit une enveloppe globale de 810 milliards d'euros.
  2. Une réduction du taux de dépôt de 20 points de base à -0,60%.
  3. L'introduction d'un taux de dépôt progressif.
  4. Une modification de l'orientation à venir qui soulignera la possibilité de prolonger les hausses de taux au-delà de la fin du programme d'assouplissement quantitatif.

Une grande partie des achats mensuels prévus comprendrait des obligations souveraines et le reste les titres adossés à des actifs (Asset Backed Securities - ABS). Il est indéniable que la BCE dispose d'une marge de manœuvre limitée pour une relance supplémentaire. La perspective du départ du président de la BCE, Mario Draghi, le 31 octobre, pourrait signifier un dernier coup de pouce à l'économie de la zone euro. Les nouvelles prévisions macroéconomiques de la Banque centrale européenne devraient notamment montrer des projections plus faibles pour la croissance et l'inflation en raison de la faiblesse des indicateurs récents de la zone euro, en particulier en Allemagne.