Coronavirus: une récession industrielle est possible

Columbia Threadneedle Investments

1 minutes de lecture

«Il y a des signes évidents de pénurie de composants critiques, qui pourraient conduire à une sous-production», prévient Neil Robson pour Columbia Threadneedle.

L'épidémie mondiale de coronavirus est un choc évident pour l'économie mondiale, selon la société de gestion Columbia Threadneedle. Cependant, la maladie est de nature très différente du SRAS et de la grippe porcine, car le taux de transmission est beaucoup plus élevé, mais heureusement, le taux de mortalité est beaucoup plus faible. Le coronavirus a cessé d'être un problème purement chinois depuis le week-end dernier.

Des premiers succès dans le confinement des cas peuvent être observés à Singapour, mais aussi en Chine: «Si nous regardons les statistiques chinoises (à condition qu'elles soient correctes), nous pouvons déjà voir que la stratégie de confinement agressif a produit des résultats», écrit Neil Robson, responsable marchés actions internationales chez Columbia Threadneedle, dans un récent commentaire.

Neil Robson s'attend à ce que le cours des actions soit de retour sur la tendance de long terme d'ici la fin de l'année. Cependant, une partie importante de la baisse de la consommation sera perdue à jamais, a déclaré Robson: «Bien que nous puissions finalement remplacer un téléphone portable, il est peu probable que nous achetions la nouvelle tenue de printemps», prédit le gestionnaire de fonds. Il voit un autre élément critique dans l'interruption de l'approvisionnement, dans lequel il y a des signes évidents de pénurie de composants critiques, qui pourraient conduire à une sous-production et déclencher une «récession industrielle». Une leçon peut donc déjà être tirée, à savoir que la pression pour diversifier ou même raccourcir les chaînes d'approvisionnement continuera d'augmenter.

A lire aussi...