Commentaire hebdomadaire sur les marchés – Exane Derivatives

Florian Roger, Exane Derivatives

1 minutes de lecture

Le reflux de l’aversion au risque sur le Brexit entraîne conjointement une hausse du GBP et un rebond des taux govies core européens.

TAKEAWAYS
  1. Malgré les péripéties politiques et le fait qu’il faille potentiellement attendre 3 mois de plus, le Brexit semble être entré dans un processus de résolution ordonnée.
  2. Le potentiel de hausse du GBP demeure conséquent (supérieur à 5%).
  3. La rotation sur le marché des changes risque de ne pas se limiter au GBP. Des pressions baissières viennent s’exercer sur l’USD.
  4. Face à la persistance de nombreux facteurs d’incertitude, la Fed va couper ses taux directeurs une troisième fois en octobre 2019.
  5. Nous anticipons que la Fed marquera une pause après 3 baisses de taux car le marché du travail n’est pas alarmiste, comme l’illustre la bonne tenue des jobless claims.
  6. De plus en plus d’indicateurs avancés macro montrent des signes de stabilisation mais les hard data (macro et micro) restent dégradées.
  7. Au sein de notre liste d’allocation d’actifs EMAC, nous supprimons notre exposition à l’USD, nous prenons des profits sur les actions japonaises et nous repondérons les actions émergentes.
FOCUS

La résolution du Brexit peut avoir des conséquences globales sur le Forex. Le reflux de l’aversion au risque sur le Brexit entraîne conjointement une hausse du GBP et un rebond des taux govies core européens.

En considérant la période depuis la création de la zone euro, le GBP se situe respectivement à 18%, 13% et 11% de ses moyennes vs USD, EUR et NEER.

En cas de ratification de l’accord sur le Brexit, le GBP a encore clairement un potentiel de rebond. Ce dernier va de pair avec une hausse des taux core européens (du fait de la baisse de l’aversion au risque). De ce fait, le montant de dette à taux négatif a baissé de plus de 10% depuis le 04/10. Cela tend à diminuer l’incitation aux stratégies de carry trade de la part des investisseurs internationaux. 

En outre, les interventions de la Fed sur le marché monétaire (jusqu’à 60 milliards de dollars par mois) sont plutôt défavorables pour l’USD. Une rotation globale peut ainsi s’opérer sur le Forex.