Le shutdown «nuisible» pour l’économie, selon le CEO de JPMorgan

AWP

1 minutes de lecture

En marge du WEF 2019, Jamie Dimon a aussi pointé du doigt les tensions commerciales et «toutes les interférences dans le monde autour du populisme».

La fermeture de l’administration fédérale aux États-Unis, qui dure depuis plus d’un mois, est «nuisible» pour l’économie, a affirmé mercredi le CEO de la banque américaine JPMorgan Chase, Jamie Dimon.

Le blocage (shutdown) entre la Maison Blanche et les démocrates du Congrès sur le financement d’un mur anti-immigration à la frontière mexicaine est «nuisible» pour la croissance: «On voit la confiance des consommateurs s’affaisser à cause de cela», a déclaré le patron de JPMorgan, interrogé en marge du Forum de Davos (Suisse) sur la chaîne CNBC.

Il a aussi pointé du doigt les tensions commerciales et «toutes les interférences dans le monde autour du populisme», ajoutant que s’il était «démocrate de coeur», il était aussi «républicain d’esprit».

M. Dimon a insisté également sur l’importance de résoudre les tensions commerciales avec la Chine: «C’est la relation géopolitique la plus importante dans les cent ans à venir et les questions soulevées sont justifiées».

«Les deux parties veulent les résoudre. À chaque fois qu’on semble les résoudre, les choses vont mieux et quand il apparaît qu’on ne va pas parvenir à trouver une solution, les choses empirent», a-t-il ajouté.

La veille, la Maison Blanche avait démenti des informations qui ont fait chuter Wall Street, selon lesquelles l’administration américaine a refusé de tenir des réunions avec des émissaires chinois à Washington cette semaine pour préparer le terrain à la venue de Liu He, négociateur commercial en chef de Pékin, les 30 et 31 janvier.

«Si on a encore des tarifs douaniers en place le 1er mars, ça va être mauvais pour l’économie mondiale», a martelé le banquier. Une trêve dans la hausse des taxes douanières réciproques entre Pékin et Washington a été décrétée jusqu’au 1er mars pour permettre ces négociations.