Le KOF annonce une accélération des coûts de la santé

AWP

1 minutes de lecture

L’institut conjoncturel table sur une hausse de 3,7% cette année, contre moins de 3% pour ces deux dernières années.

Les coûts de la santé publique vont augmenter de manière plus prononcée en 2019 qu’au cours des deux années écoulées. L’institut conjoncturel KOF évalue leur hausse moyenne à 3,7%, en raison de l’augmentation des salaires et de celle du nombre de personnes âgées.

En 2018, la hausse des coûts se situait encore à 2,8%, selon une évaluation du KOF. Les salaires nominaux avaient augmenté plus faiblement. Il en va de même de la population et du nombre de personnes âgées. En 2017, les dépenses de santé ont affiché une progression de 2,6%, d’après les chiffres de l’OFS.

Au chapitre positif, la hausse prévue cette année est légèrement moins prononcée que le KOF ne le prévoyait lors de ses précédentes prévisions. Il évoquait alors une augmentation de 3,9%. Par tête d’habitant, la hausse des coûts devrait se situer à 10’244 francs, contre 9960 l’an dernier et 9766 pour l’année 2017.

Même tendance pour 2020

Selon les prévisions semestrielles du KOF, les mesures politiques de réduction des coûts commencent à faire effet, mais les salaires progressent davantage cette année que les années précédentes. Or, le secteur de la santé est particulièrement riche en personnel. Parallèlement, le nombre de personnes âgées continue d’augmenter, indique mercredi l’institut conjoncturel chapeauté par l’EPF Zurich.

Cette double tendance devrait se poursuivre en 2020. Le KOF prévoit une hausse des coûts de 3,6% l’an prochain. Le rapport entre ces coûts et le Produit intérieur brut (PIB) pourrait ainsi passer à 12,6% alors qu’il était de 12,3% en 2017, selon l’Office fédéral de la statistique (OFS).

Le transfert de soins du secteur stationnaire au secteur ambulatoire se poursuit, observe le KOF. A l’avenir, les dépenses de santé vont surtout continuer d’augmenter fortement dans le domaine des prestations de soutien, telles que les analyses en laboratoire. Leur progression sera toutefois moins spectaculaire et moins rapide que jusqu’à présent.

Le domaine des «soins continus» devrait lui aussi poursuivre son expansion en raison de l’augmentation du nombre de personnes qui en ont besoin.

Le poids du secteur de la santé dans l’économie suisse se renforce sans cesse. Entre 1997 et 2016, sa part de la valeur ajoutée du pays a passé de 3,9 à 5,4%. En 2017, 281’000 personnes travaillaient dans ce secteur. Ce sont 7,3% des personnes actives en Suisse.