Le commerce international de marchandises du G20 continue de reculer

Communiqué, OCDE

1 minutes de lecture

Les exportations ont reculé de 0,7% et les importations de 0,9%, en partie à cause d'une chute des prix du pétrole de près de 20%.

Le commerce international de marchandises du G20 (corrigé des variations saisonnières et exprimé en dollars courants des États-Unis), a poursuivi sa tendance à la baisse au cours du troisième trimestre de 2019, approchant son plus bas niveau en deux ans. Par rapport au deuxième trimestre de 2019 les exportations ont reculé de 0,7% et les importations de 0,9%, en partie à cause d'une chute des prix du pétrole de près de 20% et de la dépréciation de la plupart des principales devises par rapport au dollar des États-Unis.

Le commerce est resté faible dans toutes les régions du G20 au troisième trimestre de 2019. Le ralentissement a été particulièrement marqué dans l'Union européenne, les exportations se contractant de 1,8% et les importations de 0,4%. Les exportations et les importations ont diminué dans toutes les grandes économies de l'UE, avec des baisses de 3,6% et 1,7%, respectivement, en France et de 0,4% et 1,8%, respectivement, en Allemagne. En Italie, les échanges ont diminué pour le sixième trimestre consécutif, les exportations et les importations ayant diminué de 1,2% et 1,0% au troisième trimestre de 2019.

Au Royaume-Uni, reflétant en partie une baisse significative de la valeur de la livre sterling (moins 4,3% par rapport au dollar des États-Unis) et l’incertitude persistante à l'égard du Brexit, les exportations ont reculé de 3,3% et les importations de 1,6%.

Les importations ont également été faibles dans les principales économies asiatiques, avec une contraction de 9,7% en Inde, de 2,3% en Corée, de 1,8% en Chine et de 0,4% en Indonésie. Cependant, au Japon, les importations ont augmenté de 0,5%, du fait de l'appréciation du yen par rapport au dollar des États-Unis. Les exportations ont généralement mieux résisté dans la région, augmentant de 4,1%, 2,2% et 1,6%, respectivement, en Indonésie, au Japon et en Chine, mais se sont contractées en Inde (3,1%) et en Corée (0,4%). Reflétant la chute des prix du pétrole, les exportations de l’Arabie saoudite ont chuté de 6,8%.

En Amérique du Nord, les exportations des États-Unis ont légèrement diminué, de 0,2%, tandis que les importations ont diminué de 0,7%. Les exportations des États-Unis vers la Chine restent nettement inférieures aux niveaux observés avant les récentes tensions commerciales bilatérales, malgré une reprise au deuxième trimestre (de 1,9%), et les importations en provenance de Chine vers les États-Unis ont diminué de 2,1%. Les exportations et les importations du Mexique ont diminué (0,2% et 0,4%), tandis que le Canada a enregistré une baisse de 1,7% de ses exportations mais une reprise des importations (de 0,4%).

En Amérique du Sud, les exportations du Brésil ont reculé de 3,5%, tandis que les importations ont augmenté de 15,3%, en partie à cause du pic des importations sous le régime Repetro, qui prévoit des incitations fiscales à l’achat d’intrants pour l’industrie pétrolière et gazière. Une augmentation importante des expéditions vers la Chine a alimenté les exportations de l’Argentine (de 5,1% - la plus forte augmentation parmi les membres du G20 au troisième trimestre de 2019).

A lire aussi...