France: le moral des ménages a fortement baissé en novembre

AWP

1 minutes de lecture

Le moral des ménages s’est établi à 92 points, soit trois points de moins qu’en octobre. Il s’agit de son plus bas niveau depuis février 2015.

La confiance des ménages français a fortement baissé en novembre, en raison d’un regain de pessimisme sur le niveau de vie en France et d’une nette augmentation des craintes concernant l’évolution du chômage, a annoncé mardi l’Insee.

Le moral des ménages, calculé sur la base de soldes d’opinion (différences entre proportion de réponses positives et négatives), s’est établi à 92 points, soit trois points de moins qu’en octobre. Il s’agit de «son plus bas niveau depuis février 2015», précise l’Insee.

Avec cette baisse, qui intervient en plein conflit des «gilets jaunes», l’indicateur mesurant la confiance des ménages s’établit nettement en dessous de «sa moyenne de long terme», qui est de 100 points, rappelle l’organisme public dans un communiqué.

Selon l’Insee, la proportion de ménages jugeant opportun de faire des achats importants a ainsi fortement diminué en novembre: le solde correspondant perd huit points et se situe sous sa moyenne de longue période pour la première fois depuis décembre 2015.

L’opinion des ménages sur leur capacité d’épargne a elle aussi nettement diminué. «Le solde correspondant perd six points et repasse au-dessous de sa moyenne de longue période», indique le communiqué.

Cette dynamique survient alors que le pessimisme gagne du terrain concernant la situation économique en France. La proportion de ménages estimant que le niveau de vie va s’améliorer au cours des 12 prochains mois chute ainsi 11 points, après avoir gagné 5 points en octobre.

Les craintes des Français concernant l’évolution du chômage augmentent également. «Le solde correspondant gagne 21 points et se situe à son plus haut niveau depuis novembre 2016», quoique «au-dessous de sa moyenne de longue période», souligne l’Insee.

Le moral des ménages est un élément important pour évaluer le niveau à venir de la consommation en France, et donc de la croissance, fortement dépendante des achats des consommateurs français.