Bourse d’Oslo: Euronext étend à nouveau son offre

AWP

1 minutes de lecture

L’opérateur boursier a reçu la déclaration de non objection de son collège de régulateurs pour l’acquisition envisagée de jusqu’à 100% du capital d’Oslo Børs VPS.

L’opérateur boursier paneuropéen Euronext a annoncé lundi qu’il avait reçu l’approbation de son collège de régulateurs pour l’acquisition de la Bourse d’Oslo, également convoitée par le Nasdaq et dont il assure avoir sécurisé 53% du capital, étendant en outre son offre jusqu’au 6 mai.

«Euronext a reçu la déclaration de non objection de son collège de régulateurs pour l’acquisition envisagée de jusqu’à 100% du capital d’Oslo Børs VPS», indique dans un communiqué le gestionnaire des places de Paris, Bruxelles, Amsterdam, Lisbonne et Dublin.

Cette étape réglementaire «renforce la certitude de l’exécution» de cette acquisition par Euronext, selon l’opérateur.

D’autant que celui-ci assure avoir désormais «garanti 53,1% du capital d’Oslo Børs VPS par une combinaison de 8,1% d’actions détenues directement et de 45% d’actions» qu’il est assuré de voir versées à son offre, contre 50,5% du capital garanti jusqu’alors.

Euronext avait fait passer début février son offre de rachat de la Bourse d’Oslo à 695 millions d’euros (soit 158 couronnes par action) contre 625 millions d’euros proposés fin décembre, obligeant le Nasdaq à s’aligner sur son prix début mars.

Par ailleurs, l’opérateur paneuropéen annonce dans son communiqué prolonger jusqu’au 6 mai à 18 heures la période durant laquelle les actionnaires de la Bourse d’Oslo peuvent lui céder leurs actions en circulation. C’est la 3e fois que l’opérateur étend son offre, qui devait originellement s’achever ce lundi.

«Toutes les autres conditions de (l’)offre, telle que révisée le 11 février 2019, demeurent inchangées», souligne Euronext.

Le Nasdaq avait de son côté annoncé le 25 mars qu’il prolongeait jusqu’au 1er avril sa propre offre, qui devait normalement expirer le 29 mars.

Euronext se félicite également d’avoir gagné, dans cette bataille qui l’oppose à l’opérateur américain, le soutien de Tom Vidar Rygh, conseiller principal auprès du fonds de capital-investissement Nordic Capital, mais aussi ancien président et membre du conseil d’administration de la Bourse d’Oslo.

Ce dernier «a accepté de rejoindre le conseil d’administration d’Oslo Børs VPS en qualité de membre indépendant quand la transaction envisagée sera achevée», précise Euronext.

Les dirigeants de la Bourse d’Oslo ont jusqu’ici dit leur préférence pour l’offre du Nasdaq, qui contrôle déjà toutes les autres Bourses nordiques et baltes.

Face aux 53% revendiqués par Euronext, le Nasdaq n’a, lui, recueilli qu’environ 35% d’engagements, y compris ceux des deux plus gros actionnaires, la banque DNB (20%) et le fonds de pension KLP (10%).