1MDB: un ex-banquier de Goldman Sachs jugé en Malaisie l’an prochain

AWP

1 minutes de lecture

Avant cela, la Malaisie a convenu de prêter pour «une extradition temporaire» de 10 mois l’ancien directeur opérationnel Ng Chong Hwa aux Etats-Unis pour qu’il y soit jugé.

Un ex-banquier de Goldman Sachs sera jugé en Malaisie en avril dans le scandale du détournement du fonds 1MDB, à son retour des Etats-Unis où il a aussi été inculpé, a indiqué le parquet malaisien mercredi.

«Le parquet a demandé un procès en avril» pour l’ex-banquier malaisien Ng Chong Hwa et la défense a accepté, a indiqué le procureur Zaki Asyraf Zubir à l’AFP.

La Malaisie a convenu de prêter pour «une extradition temporaire» de 10 mois l’ancien directeur opérationnel de la banque, aussi connu sous le nom de Roger Ng, aux Etats-Unis pour qu’il y soit jugé. Il retournera ensuite dans son pays d’origine, la Malaisie, en mars, a précisé le procureur.

La Malaisie cherche à récupérer des milliards de dollars détournés du fonds 1MDB (1Malaysia Development Berhad), lancé en 2009 pour servir au développement économique de la Malaisie. L’argent siphonné aurait bénéficié à l’ex-Premier ministre malaisien Najib Razak et ses proches pour financer des dépenses somptuaires.

La banque américaine Goldman Sachs est accusée d’avoir prêté son concours aux détournements présumés. Le géant de Wall Street est notamment sur la sellette pour avoir organisé trois émissions obligataires, en 2012 et 2013, pour un montant total de 6,5 milliards de dollars.

La banque a perçu 600 millions de dollars en commissions, selon les autorités américaines.

La Malaisie avait annoncé en décembre 2018 des poursuites pénales contre trois filiales de Goldman Sachs et deux de ses anciens banquiers, Tim Leissner et Ng Chong Hwa, également inculpés aux Etats-Unis. En août, de nouvelles accusations ont visé au total 17 responsables, anciens et actuels, des trois filiales de la banque.

La banque a rejeté les accusations tandis que Roger Ng a plaidé non coupable aux Etats-Unis et en Malaisie.

Ce scandale a largement contribué à la défaite électorale de la coalition menée par l’ex-Premier ministre malaisien Najib Razak en mai.

A lire aussi...