Tokyo termine en petit repli

AWP

2 minutes de lecture

Le Nikkei a faibli de 0,19% sur la séance, mais il a progressé de 2,68% sur la semaine. Le Topix a quant à lui reculé de 0,28% vendredi.

La Bourse de Tokyo a clôturé vendredi en léger recul, des investisseurs ayant opté pour des prises de bénéfices après ses forts gains de la veille sur fond d’une accalmie des craintes sur l’impact économique du coronavirus.

L’indice vedette Nikkei a faibli de 0,19% à 23.827,98 points sur la séance, mais il a progressé de 2,68% sur l’ensemble de la semaine écoulée.

L’indice élargi Topix a quant à lui reculé de 0,28% à 1.732,14 points vendredi.

«La baisse d’aujourd’hui (vendredi, NDLR) n’est pas si élevée si l’on garde à l’esprit que le Nikkei a progressé de près de 600 points» sur la seule séance de jeudi, a souligné Makoto Sengoku, un analyste du Tokai Tokyo Research Institute interrogé par l’AFP.

Le léger coup de fatigue de vendredi ne remet pas en cause l’optimisme retrouvé des investisseurs sur le front du coronavirus en Chine, a estimé quant à elle la maison de courtage Okasan Securities dans une note.

Du côté des valeurs

ELLIOTT S’INVITE CHEZ SOFTBANK GROUP

L’action SoftBank Group s’est envolée de 7,12% à 5.064 yens. Selon le Wall Street Journal, le fonds activiste américain Elliott a investi plus de 2,5 milliards de dollars dans SoftBank Group, et plaide pour un rachat massif d’actions par le groupe afin d’augmenter la valeur de son titre, affaibli par plusieurs récents échecs dans les investissements du groupe, comme WeWork. Elliott a confirmé vendredi à l’AFP avoir mené un investissement «substantiel» mais sans révéler son ampleur.

TOYOTA TOUJOURS À L’ARRÊT EN CHINE

Le géant automobile Toyota (-0,65% à 7.862 yens) a suspendu vendredi pour une deuxième semaine la reprise de ses usines en Chine, en raison du coronavirus. Son concurrent Honda, qui publiait par ailleurs ses résultats trimestriels après la clôture de Tokyo, a lâché 2,71% à 2.858 yens, tandis que Nissan a perdu 1,31% à 596 yens.

MHI ENCORE PLOMBÉ PAR LE SPACEJET

L’action du conglomérat industriel Mitsubishi Heavy Industries (MHI) a dérapé de 2,92% à 4.009 yens, plombée par l’abaissement des prévisions de résultats du groupe la veille, essentiellement en raison des déboires permanents de son projet SpaceJet. MHI a confirmé jeudi que la première livraison commerciale de ce nouvel avion de ligne régional était une nouvelle fois reportée, jusqu’à l’exercice 2021/22 dans le meilleur des cas.

Du côté des devises et du pétrole

Après avoir reflué la veille, le yen était quasi stable face au dollar: celui-ci valait 109,91 yens vers 07H45 GMT, contre 109,93 yens la veille après la clôture de la Bourse de Tokyo, point de repère des investisseurs nippons.

La monnaie japonaise se renforçait plus nettement face à l’euro, lequel s’échangeait pour 120,62 yens vers 07H45 GMT, contre 120,90 yens jeudi.

Tombée jeudi à son plus bas niveau depuis quatre mois face au dollar en raison d’inquiétudes sur l’économie allemande, la monnaie européenne continuait de faiblir vendredi face au billet vert, se négociant pour 1,0971 dollar vers 07H45 GMT, contre 1,0979 dollar la veille à 20H00 GMT.

Après avoir bien démarré en Asie, les cours du pétrole tournaient autour de l’équilibre, au lendemain de l’échec la veille d’un compromis entre l’Opep et la Russie sur une éventuelle réduction de la production pour enrayer la chute des cours à cause de l’épidémie de coronavirus.

Vers 07H40 GMT le baril de brut américain WTI reculait de 0,06% à 50,92 dollars, pendant que le baril de Brent de la mer du Nord gagnait 0,02% à 54,94 dollars.