Stratégie bancaire et réglementation – De la contrainte à l’opportunité

Présélection prix Turgot 2018

1 minutes de lecture

Camille Baudouin, Laurence Le Buzullier, Editions Dunod.

 

L'avis du Club de présélection du prix Turgot
Dominique Chesneau

La règlementation est plus que jamais un enjeu prioritaire pour les banques. En bouleversant les sources de revenus, les processus opérationnels et les activités des banques en général, la pression règlementaire met à l’épreuve le modèle économique bancaire. Dès lors, ce changement de cadre doit conduire les banques à une remise en question de leurs modèles. Cet ouvrage présente des solutions optimistes et volontaristes parfois à contrecourant de la logique de réduction des coûts constatée depuis quelques années. Il s’agit bien de passer de l’ancien au nouveau monde et de mener en parallèle l’abandon du premier et la conquête du second. La règlementation pourrait conduire les banques à une forme de schizophrénie: il faut accumuler une grande quantité d’informations sur les clients tout en lui garantissant le respect de sa vie privée! L’innovation technologique est au cœur de la problématique. Les techniques d’intelligence artificielle, de reconnaissance faciale, les robots peuvent par exemple être utilisés pour faciliter la connaissance du client, la gestion des textes règlementaires, l’optimisation du «collatéral»… Cet exemple de l’importance fondamentale de la maitrise de la donnée est probablement la meilleure illustration de la stratégie devant conduire la banque à saisir les opportunités liées au respect des contraintes.

L’ouvrage est extrêmement didactique, probablement en raison de la personnalité de l’auteur qui enseigne à Sciences Po tout en étant une consultante spécialisée. La revue de l’environnement bancaire est très clairement exposée, l’analyse stratégique conduit à adapter aux établissements financiers les méthodes PESTEL, PORTER et «BCG» qui pourront faire régner un vent d’optimisme, même mesuré .Le lecteur perçoit les éléments universitaires et consultings – peut-être trop – de l’ouvrage, mais après l’avoir reposé, les idées sont claires. Comme l’indique l’auteur, le livre ne répond pas à toutes les questions posées au secteur bancaire car «d’autres enjeux que ceux liés à la règlementation, à moyen et à long terme le préoccupent, comme retrouver des niveaux de rentabilité satisfaisants, adapter son activité aux nouveaux usages, prendre le virage de l’open banking, ou encore financer l’économie réelle et la transition énergétique». Un ouvrage intéressant et utile aux praticiens et à ceux qui veulent apercevoir la lumière au bout du tunnel de la règlementation bancaire.