Piguet Galland circule dans les smart cities

Communiqué, Piguet Galland

1 minutes de lecture

La banque émet un certificat axé sur des sociétés qui ont choisi le concept de villes intelligentes comme axe stratégique de leur développement. Il sera géré par Christina Carlsten.

La banque Piguet Galland a émis un nouveau certificat sur le thème des «smart cities». La gestion en a été confiée à Christina Carlsten, qui gère par ailleurs le fonds Actions européennes pour la filiale de la Banque Cantonale Vaudoise. Le certificat «Smart Cities» se concentre sur des sociétés qui ont choisi le concept de villes intelligentes comme axe stratégique de leur développement. Les secteurs concernés en premier lieu incluent les technologies de l’information et de la communication (TIC), dont les infrastructures et les objets connectés. Ils s’étendent ensuite, entre autres, à la domotique, aux transports urbains et la gestion des flux de circulation, aux énergies renouvelables ou encore à la gestion des eaux et des déchets.

mouvement d’urbanisation intensifié

Le lancement de ce certificat s’inscrit dans le récent mouvement d’urbanisation qui s’est intensifié à l’échelle planétaire et qui réclame aujourd’hui de nouvelles solutions. D’après les estimations des Nations Unies, plus de 50% de la population mondiale vit actuellement en ville, une proportion qui devrait atteindre 70% en 2050. Et si les mégapoles ne représentent alors que 2% de la surface de la Terre, elles consomment pas moins de 75% des ressources énergétiques globales et génèrent quelques 80% des émissions de gaz à effet de serre.

Une meilleure qualité de vie

Le principe de Smart Cities concourt à l’amélioration de la qualité de vie des citoyens et à la simplification de leur quotidien, notamment par une gestion plus efficace des transports, une réduction de l’insécurité, une hausse des débits internet et des services administratifs plus performants. Elle aborde bien évidemment le respect de l’environnement et la lutte contre la pollution, ce qui passe par le traitement des déchets, la promotion des énergies renouvelables ou la construction de bâtiments à faible consommation d’énergie.

technologies novatrices

«Les mutations qui ont cours aujourd’hui ont pris de telles proportions, souligne Christina Carlsten, qu’elles impliquent un recours beaucoup plus large à des technologies novatrices. Grâce à la gestion des données à grande échelle, qu’autorisent désormais les applications Big Data, de nouveaux services ont vu le jour dans différents domaines, comme les transports, l’énergie, la sécurité, la santé et les loisirs. L’internet des objets et les réseaux intelligents jouent un rôle majeur dans cette évolution. Pour prospérer, les villes devront à l’avenir être connectées, de manière à diminuer leurs coûts énergétiques et augmenter la qualité des prestations. Le certificat se positionne donc sur un univers d’investissement qui propose à terme d’excellents leviers de croissance.»