Les acquisitions ont fait chuter le bénéfice net de LLB

AWP

1 minutes de lecture

Les actionnaires devraient néanmoins bénéficier d’un dividende relevé. En termes d’activités, la banque liechtensteinoise a réalisé une collecte d’argent fructueuse.

Liechtensteinische Landesbank (LLB) a dû absorber en 2018 les coûts liés aux acquisitions. Ces frais ont fait plonger le bénéfice net. Les actionnaires devraient néanmoins bénéficier d’un dividende relevé. En termes d’activités, la banque liechtensteinoise a réalisé une collecte d’argent fructueuse.

Les entrées nettes d’argent se sont établies à 1,28 milliard de francs, contre 470 millions en 2017, précise jeudi LLB dans un communiqué. La masse sous gestion s’est envolée de 33,9% sur un an, à 67,3 milliards.

Au bilan, les volumes de crédit se sont étoffés de 6,4% à 12,9 milliards.

Les recettes du groupe bancaire basé à Vaduz ont stagné (+0,1%) à 399,7 millions de francs. Gonflées par les coûts d’intégration des activités rachetées récemment, les charges ont atteint 305,9 millions de francs, soit une hausse de 14,6%. Le ratio coût/revenus a été péjoré de 8,1 points de pourcentage, à 77,7%.

En 2018, LLB a procédé à l’acquisition du fonds zurichois LB (Swiss) Investment et finalisé l’intégration de l’établissement autrichien Semper Constantia Privatbank.

Le bénéfice net s’est étiolé de près d’un quart (-23,5%) à 85,1 millions de francs. Le conseil d’administration propose néanmoins de verser un dividende relevé de 10 centimes à 2,10 francs au titre de 2018.

La direction ne fournit aucune prévision chiffrée pour 2019, mais entend dégager un «résultat solide». «Le groupe détient encore quelque 400 millions pour des acquisitions stratégiques», affirme le directeur général Roland Matt, cité dans le communiqué.

Le parlement liechtensteinois a décidé à fin février 2019 de retirer la garantie étatique à LLB. La banque accueille favorablement ce changement, vantant sa forte capitalisation. A fin décembre, le ratio de fonds propres dur de LLB se situait à 19%, contre 21,6% douze mois plus tôt.