La ZKB durcit ses conditions pour les taux négatifs

AWP

1 minutes de lecture

A compter de décembre, certains comptes contenant plus de 100’000 francs en espèces devraient être ponctionnés de 0,75% par an.

La Banque cantonale de Zurich (ZKB) a durci sa position sur le report aux clients des taux d’intérêts négatifs, en abaissant le seuil d’exemption. A compter de décembre, certains comptes contenant plus de 100’000 francs en espèces devraient être ponctionnés de 0,75% par an.

Sollicité vendredi par AWP, l’établissement cantonal a précisé que la mesure, signalée par le Tages-Anzeiger citant le courrier reçu par un client, ne concerne pas l’ensemble de la clientèle de la ZKB. «Nous n’avons pas défini un montant fixe à partir duquel un intérêt négatif serait nécessairement perçu», a fait savoir un porte-parole.

Et de préciser que le seuil d’exemption est déterminé de façon individuelle et en fonction des relations client existantes, et que rien n’a changé dans les grandes lignes de la politique de répercussion des intérêts négatifs. Les petits épargnants et les petites entreprises devraient ainsi continuer d’en être exempts.

Le responsable a cependant reconnu qu’en raison du contexte persistant de taux bas et de la pression croissante sur les marges d’intérêts qui en découle, le seuil d’exemption individuel avait tendance à être raboté au cours des derniers mois. L’établissement cantonal a préféré garder le silence sur le seuil moyen et sur le nombre de clients concernés, se contentant de signaler qu’il s’agit d’une «petite minorité de clients».

Le report sur la clientèle des taux négatifs par les banques a le vent en poupe. Début novembre, Postfinance avait annoncé l’abaissement du seuil pour les comptes d’épargne à 250’000 francs, contre 500’000 francs précédemment, pour les clients ne recourant pas à d’autres services.

UBS également a abaissé les seuils d’exemption au 1er novembre et ponctionne désormais les comptes de plus de 2 millions de francs ou 500’000 euros. Si les taux négatifs devaient persister, il se pourrait que ces seuils soient encore abaissés, avait alors prévenue le directeur général du numéro un bancaire helvétique, Sergio Ermotti.