Deutsche Bank: des spéculations sur son capital dopent l’action

AWP

1 minutes de lecture

WirtschaftsWoche évoque une possible offensive de JPMorgan et de l’Industrial and Commercial Bank of China sur la banque de Christian Sewing.

L’action de Deutsche Bank montait fortement vendredi à Francfort, portée par des spéculations sur d’éventuelles montées au capital de la première banque allemande en difficulté.

Vers 11H35 GMT, le titre prenait 3,37%, à 9,84 euros, solidement installé à la tête d’un Dax à l’équilibre (-0,05%).

L’hebdomadaire WirtschaftsWoche évoque vendredi une possible montée au capital de Deutsche Bank de la banque JPMorgan, ainsi que de la banque chinoise Industrial and Commercial Bank of China. JPMorgan a démenti l’information auprès du Financial Times.

Selon le «WiWo», la faible valeur boursière -- près de 20 milliards d’euros, soit 38% de moins qu’en début d’année -- aurait suscité l’intérêt de plusieurs investisseurs.

WirtschaftsWoche affirme aussi que la Deutsche Bank a été évoquée au cours d’un entretien entre la chancelière allemande Angela Merkel, «inquiète» du sort de la banque, et l’ancien président de la Bundesbank, Axel Weber.

Mais Steffen Seibert, porte-parole du gouvernement allemand, a qualifié ces informations de «purement spéculatives» face à la presse.

La filiale américaine de Deutsche Bank a récemment échoué à la deuxième phase des tests de résistance annuels de la banque centrale des Etats-Unis, qui a diagnostiqué des «lacunes importantes» dans sa gestion des risques.

Peu avant, le 27 juin, l’action de la banque avait atteint son plus bas historique à la Bourse de Francfort, tombant à 8,76 euros.

Début juin, Deutsche Bank a décidé de réduire ses effectifs de plus de 7.000 personnes, sur 97.000 à ce jour, en visant surtout les activités américaines dans la banque d’investissement, pour se recentrer sur ses racines européennes.

Des décisions tombées après un premier trimestre faible, marqué par un recul de 5% des recettes et de 80% du résultat net. Le nouveau patron depuis avril, Christian Sewing, a déjà prévenu que le deuxième trimestre, dont les résultats seront dévoilés fin juillet, pourrait également décevoir.