Bond des volumes pour la BC de Lucerne au premier semestre

AWP

1 minutes de lecture

A fin juin, les créances hypothécaires se sont établies à 27,83 milliards de francs, soit une poussée de 4,1% sur six mois.

La Banque cantonale de Lucerne (LUKB) a connu une nette progression des créances hypothécaires, sa principale activité, au premier semestre. Cette augmentation s’est répercutée encore plus fortement sur les recettes. Le bénéfice net a cependant stagné.

A fin juin, les créances hypothécaires se sont établies à 27,83 milliards de francs, soit une poussée de 4,1% sur six mois, indique mardi l’établissement lucernois. Les revenus tirés de cette activité, les opérations d’intérêts, ont dégagé un résultat net de 174,5 millions, amélioré de 5,0% en comparaison annuelle.

La LUKB a également progressé dans sa deuxième plus importante ligne de métier, la gestion. Le produit des opérations de commissions et de prestations de services a gonflé de 3,8% à 48,8 millions de francs. La masse sous gestion de la banque a dépassé la marque des 30 milliards à 30,40 milliards (+6,0% sur six mois). Les afflux nets d’argent se sont élevés à 341 millions de janvier à juin.

Les charges ont été alourdies de 2,6% en comparaison annuelle à 118,6 millions. En résulte un excédent opérationnel de 117,3 millions de francs, en légère hausse de 0,7%. Le bénéfice affiche la même augmentation, à 100,5 millions.

Le ratio de fonds propres durs de la LUKB s’est établi à 13,5%.

Dans le communiqué, le directeur général Daniel Salzmann a affirmé que la banque cantonale est sur la bonne voie pour atteindre les objectifs pour la période 2016-2020. Pour l’exercice en cours, les opérations d’intérêts devraient générer des recettes entre 339 et 347 millions de francs. Le résultat opérationnel est attendu en légère hausse.

La direction a revu à la hausse ses objectifs de bénéfice net 2019, désormais attendu dans la fourchette 199-205 millions de francs. Cette révision prend en compte des revenus extraordinaires, la LUKB ayant cédé sa participation dans la société Crowdhouse.