Fed: pas de changements attendus mais plus d'optimisme

Christian Scherrmann, DWS

1 minutes de lecture

La principale évolution sera très probablement la rotation annuelle des membres votants au sein du Comité.

Nous ne nous attendons pas à un grand changement en termes d'orientation ou de perspectives lors de la première réunion du comité de la Fed de 2021. La principale évolution sera très probablement la rotation annuelle des membres votants au sein du Comité. Les remarques du nouveau membre votant, le président de la Fed d’Atlanta, Raphael Bostic, ont donné le coup d'envoi de toute une discussion, car il a déclaré qu'il «espérait que dans un délai assez court, nous pourrions commencer à réajuster». Quelques autres membres du Comité du FOMC se sont fait l'écho de ces propos, mais sur un ton beaucoup plus modéré. Cette émergence d'un discours de plus en plus aiguisé a cependant été rapidement mise de côté. Peu après, le président de la Fed, M. Powell, a déclaré que ce n'était pas le moment de parler d'une sortie de crise. Quant à savoir quand ce serait le moment, Powell a déclaré «nous le ferons savoir au monde». 

Pour l'instant, nous attendons de la Fed qu'elle s'en tienne à sa position politique actuelle et qu'elle n'entame pas de discussions à bâtons rompus - même si les membres du Comité divergent sur cette question. La récente décision de soutien budgétaire et la perspective d'un plan de relance encore plus important pourraient renforcer l'optimisme de la Fed sur les perspectives économiques. Mais la Fed ne partagera pas cet optimisme sans avertir que le chemin qui mène à un été heureux fait de vaccins, de générosité budgétaire et de conditions météorologiques plus favorables, réduisant les infections et stimulant la croissance, pourrait être difficile. Les récentes données économiques plus faibles que prévu, telles que les demandes d'allocations de chômage et les ventes aux particuliers en décembre, incitent à la prudence. La Fed pourrait se réjouir de certains signes avant-coureurs d'une inflation plus élevée, tirés de diverses enquêtes. Ils suggèrent une économie qui pourrait éventuellement être en mesure de se relancer, ce qui correspond bien au seuil de tolérance à l'inflation que la Fed a intégré dans son nouveau cadre. Toutefois, en dernière analyse, c'est peut-être l'ampleur de la reprise du marché du travail qui guide la réaction de la Fed - ou un sursaut malvenu de la hausse des prix, comme l'a dit Powell.

A lire aussi...