L’argent en tête de nos «Prévisions chocs»

Ole Hansen, Saxo Bank

2 minutes de lecture

L’essor de l’argent est la prévision-choc pour 2021 la plus susceptible de se réaliser pleinement.


©Keystone

Après la publication il y a deux mois de ses Prévisions chocs pour 2021, qui ont fait grand bruit, Saxo Bank a demandé à ses lecteurs de voter pour la prévision qu’ils jugeaient la plus susceptible de se réaliser. L’essor de l’argent est le grand gagnant de ce sondage

L’argent a suscité beaucoup d’attention ces dernières semaines, notamment après l’essoufflement d’une tentative visant à faire grimper son cours, stimulée par les réseaux sociaux et qui avait pourtant commencé à se réaliser. Nous n’avons rien à redire sur la direction visée, qui nous semble judicieuse sur le principe, mais le timing de la démarche n’était pas le bon et, surtout, le récit utilisé était faux, conduisant fatalement à une envolée de courte durée. 

L’attention accrue portée sur la hausse de l’inflation et sur la transition écologique
a renforcé la confiance en l’avenir des métaux impliqués.

Suite à une période de consolidation, cependant, le «métal blanc» est reparti à la hausse, soutenu cette fois par le redressement du cours de l’or, par un nouvel affaiblissement du dollar et par une augmentation générale des prix des métaux. L’attention accrue portée sur la hausse de l’inflation et sur la transition écologique a renforcé la confiance en l’avenir des métaux impliqués. C’est le cas du cuivre, utilisé dans les domaines du câblage et de l’électronique ainsi que dans les véhicules électriques, ainsi que du platine, en raison du renforcement de la réglementation sur les émissions des moteurs thermiques conventionnels, et de l’accélération de la demande croissante d’électrolyseurs à  en vue de la production d’hydrogène vert. Cette catégorie de métaux englobe également l’argent, qui bénéficie actuellement d’investissements accrus et d’une forte demande de l’industrie, en particulier du marché photovoltaïque, dont l’essor devrait être assuré par les projets d’énergies renouvelables lancés dans de nombreux pays.

Lorsque j’ai rédigé la prévision il y a deux mois, nous n’étions pas au courant du soudain intérêt pour l’argent et du regain d’attention sur son potentiel de hausse. J’exposais dans ce texte l’enchaînement parfait des événements qui pourrait propulser l’argent et lui permettre de doubler son cours pour atteindre 50 dollars l’once dans le courant de l’année 2021. L’un des facteurs clés était la transformation écologique, qui m’a inspiré ces propos: 
«Le paramètre qui dope véritablement le cours de l’argent en 2021, y compris par rapport à l’or, est la croissance rapide de la demande d’argent pour les applications industrielles, notamment celles qui soutiennent la transition écologique comme les cellules photovoltaïques utilisées dans la production des panneaux solaires. En fait, une véritable crise de l’offre d’argent est à prévoir en 2021 qui pourrait venir perturber les soutiens politiques aux investissements dans l’énergie solaire de la présidence Biden, du Green Deal européen et de l’objectif de neutralité carbone 2060 de la Chine, entre autres initiatives.»

Ce qui importe, c’est bel et bien l’équilibre entre l’offre
et la demande, notamment de la part de l’industrie.

Dans les prévisions trimestrielles que nous avons publiées il y a quelques semaines, j’ai présenté les raisons fondamentales qui me font penser que l’once d’or pourrait atteindre cette année 2’200 dollars et l’once d’argent 35 dollars. Cela représente une baisse du ratio or/argent à un niveau proche de 60, l’argent dominant le thème général de la relance et bénéficiant d’un coup de pouce supplémentaire de demande croissante de métaux industriels, notamment pour les applications essentielles aux programmes de transformation écologique.

Pour conclure, je maintiens des prévisions positives pour les métaux précieux et semi-précieux, mais il n’est pas encore sûr que le cours de l’argent connaisse une véritable flambée. Si Goldman Sachs qualifie ce métal de «populiste», il ne fait aucun doute qu’il attire ces dernières semaines les faveurs d’une toute nouvelle armée d’adeptes, ce qui devrait le placer au centre de l’attention dans les mois qui viennent. Mais ce qui importe, en définitive, c’est bel et bien l’équilibre entre l’offre et la demande, notamment de la part de l’industrie, et c’est précisément ce que nous devons analyser pour juger si l’argent connaîtra une année normale, bien que volatile, ou plutôt une année exceptionnelle.


Source: Saxo Group 

A lire aussi...