L’euro au plus bas depuis fin novembre face au dollar

AWP

1 minutes de lecture

Vers 21h, l’euro lâchait 0,03% face au billet vert, à 1,1003 dollar.

L’euro se stabilisait mardi face au dollar mais restait à un plus bas depuis près de deux mois, dans un marché toujours préoccupé par le nouveau virus chinois et qui profite aux valeurs refuges.

Vers 20H00 GMT (21H00 à Paris), l’euro lâchait 0,03% face au billet vert, à 1,1003 dollar, un niveau plus vu depuis fin novembre.

Dans l’espoir d’endiguer l’épidémie qui a fait 100 morts en Chine et contaminé plus de 4.500 personnes, les autorités chinoises ont placé la quasi-totalité de la province du Hubei, soit quelque 56 millions d’habitants, en quarantaine.

«La possibilité que la Chine soit à moitié fermée aux affaires pendant une période prolongée ne serait pas de bon augure» pour la devise européenne, d’autant que la zone euro reste fragile économiquement, a souligné John Velis, analyste pour BNY Mellon.

En revanche, le dollar reste «dans une position de force», du fait de «l’amélioration des perspectives économiques et de son statut de valeur refuge», avait pour sa part commenté Lukman Otunuga, analyste pour FXTM.

Le yen restait lui en hausse face à la majorité des principales devises, mais pas face au dollar, après avoir nettement grimpé la veille. Le franc suisse perdait aussi du terrain face au billet vert, mais grimpait face à l’euro.

Considérées traditionnellement comme des valeurs refuges, les deux devises ont généralement tendance à s’apprécier en période d’incertitude politique ou économique.

Cependant, «nous devrions nous interroger sur la demande de yen en cas de contagion», a souligné M. Velis, en précisant que «le Japon est très exposé à la Chine, notamment sur le tourisme et le commerce de détail».

Par ailleurs, même s’il est «difficile de se concentrer sur quoi que ce soit d’autre maintenant, les 48 prochaines heures apporteront de nombreuses distractions», a souligné Craig Erlam, pour Oanda, en référence aux décisions de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine mercredi et de la Banque d’Angleterre jeudi.

Si peu de nouveautés sont attendues outre-Atlantique, la réunion de la Banque d’Angleterre suscite plus d’intérêt, le marché étant divisé sur l’hypothèse d’une baisse du taux d’intérêt directeur, actuellement fixé à 0,75%.

«Le marché semble partagé de manière équitable» à ce sujet, «ce qui suggère un mouvement de la livre quasi-certain après l’annonce», note Joe Manimbo de Western Union.

«L’absence d’une baisse des taux cette semaine, mais une orientation accommodante quant aux perspectives de politique monétaire, auraient tendance à limiter la progression de la livre», ajoute l’expert.

Mardi, le devise britannique baissait face à la majorité des autres principales devises, dont le dollar et l’euro.

A lire aussi...