Montana Aerospace propulsé dans la stratosphère pour ses débuts en Bourse

AWP

1 minutes de lecture

A 9h40, l’action Montana Aerospace s’échangeait à 30,19 francs, soit un bond de 4,1% par rapport au premier cours de 29 francs. Un pic à 30,60 francs a été atteint peu après l’ouverture.

L’action Montana Space s’offrait un décollage de première catégorie mardi pour ses débuts à la Bourse suisse. Le titre du fournisseur argovien de l’industrie aéronautique se négociait près de 18% au-dessus du prix d’émission, confirmant le fort intérêt des investisseurs au moment de l’offre.

A 9h40, l’action Montana Aerospace s’échangeait à 30,19 francs, soit un bond de 4,1% par rapport au premier cours de 29 francs. Un pic à 30,60 francs a été atteint peu après l’ouverture.

Le prix d’émission avait été fixé à 25,65 francs, soit le maximum de la fourchette de l’offre pour cette introduction en Bourse (IPO), dont le plancher était à 24,15 francs.

Au cours susmentionné, la capitalisation boursière de Montana Aerospace s’élevait à 1,42 milliard de francs. A 29 francs, l’ensemble des titres cotés étaient valorisés à 1,37 milliard de francs.

Le groupe table sur un produit de 440 millions de francs grâce à cette introduction en Bourse (IPO). Le volume total de l’offre pourrait même s’élever à 506 millions de francs, en prenant en considération l’option de surallocation de 2’573’099 titres supplémentaires.

Le flottant de Montana Aerospace devrait se situer à 36,4% ou 41,8% si l’option de surallocation venait à être totalement exercée, selon les indications fournies par le groupe argovien avant l’ouverture de la séance.

Des fonds gérés par les sociétés Capital International Investors et M&G Investments ont bénéficié d’une option sur l’offre à hauteur respective de 88 millions et 36,3 millions de francs en raison de leur engagement préalable dans l’entreprise.

La maison-mère Montana Tech conservera le contrôle de sa filiale à hauteur de 58,2%.

Les fonds levés doivent permettre à l’entreprise argovienne de procéder à des acquisitions.

A lire aussi...