Les économistes un peu moins pessimistes pour 2020

AWP

1 minutes de lecture

Le Seco table sur un recul du PIB d’environ 5%, contre une baisse de 6,2% anticipée précédemment. Le BAK Economics revoit ses prévisions dans le même sens.

Les économistes sont un peu moins pessimistes pour la conjoncture suisse cette année, malgré les dégâts provoqués par la pandémie de coronavirus. Une partie du repli occasionné par le confinement a pu être rattrapé, mais la Suisse n’est pas encore sortie d’affaire.

Les experts du Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco) ont légèrement revu en hausse leur projections pour l’économie suisse cette année. Ils ont ramené à environ -5% le recul attendu cette année du produit intérieur brut (PIB) helvétique, contre -6,2% jusqu’à présent anticipé, selon un communiqué publié mercredi.

Après la fin progressive du confinement en mai, l’économie suisse s’est reprise plus rapidement que prévu, notamment au niveau du commerce extérieur. Le commerce de détail et les volumes de transaction par carte bancaire ont aussi démontré une reprise de la consommation privée.

L’institut bâlois BAK Economics a suivi le même raisonnement et ramené la baisse du PIB cette année à -4,5%, contre -5,8% dans les précédentes estimations. Après un effondrement au deuxième trimestre, l’économie est en train de se «reprendre nettement» au troisième partiel, ont-ils détaillé dans un communiqué distinct.

Au niveau de l’emploi, les répercussions ont été moins sévères que craint initialement et les entreprises ont fait appel au chômage partiel de manière mesurée. Sur l’ensemble de l’année, le taux de chômage devrait se stabiliser selon le Seco sous 3,5%, alors qu’il a augmenté en août d’un point de pourcentage à 3,3%.

BAK Economics table pour sa part sur un taux de sans-emploi à 3,2% cette année et une progression à 4,0% en 2021.

Pour 2021, les spécialistes du Seco anticipent toujours un rebond du PIB de 4,9% - hors événements sportifs. Mais la conjoncture risque encore d’être freinée par les pertes de revenus, les incertitudes et les mesures de protection sanitaire.

Les experts bâlois voient quant à eux le PIB remonter de 3,4% en 2021 et de 4,1% l’année suivante. Une nette reprise économique n’est anticipée qu’avec la disponibilité à large échelle d’un vaccin, qui ne devrait pas intervenir avant mi-2021.

A lire aussi...