Le dollar chute après les chiffres sur l’emploi aux Etats-Unis

AWP

1 minutes de lecture

Vers 20h50, le dollar perdait 0,80% face à la monnaie unique européenne - qui retrouvait un plus haut depuis deux mois-, à 1,2162 dollar.

Le dollar était en forte baisse après la clôture des bourses européennes vendredi face à l’euro et à la devise britannique, miné par des données décevantes sur l’emploi américain publiées plus tôt dans la journée.

Vers 18H50 GMT, le dollar perdait 0,80% face à la monnaie unique européenne - qui retrouvait un plus haut depuis deux mois-, à 1,2162 dollar. Il lâchait 0,74% face à la livre sterling, à 1,3992 dollar.

Les créations d’emplois aux Etats-Unis ont été décevantes en avril: au total, 266.000 emplois ont été créés le mois dernier contre 770.000 en mars et très loin du million attendu, a annoncé vendredi le département du Travail.

Le mois dernier, le taux de chômage est même reparti en légère hausse, alors qu’il reculait depuis le mois de mai. Il s’établit à 6,1%, contre 6% en mars, quand les analystes le voyaient reculer à 5,8%.

«La perspective d’une reprise américaine plus inégale mine le billet vert», a commenté Michael Hewson, analyste de CMC Markets.

Des données mitigées comme celle-ci devraient conduire la Réserve fédérale américaine (Fed) «à rester plus souple plus longtemps», a renchéri Neil Wilson, de Markets.com. Or un maintien des taux directeurs bas rend le dollar moins attractif pour les cambistes.

L’or et le bitcoin profitaient également de l’accès de faiblesse du dollar: le métal jaune gagnait 0,84% à 1.830,55 dollars l’once, au plus haut depuis le 11 février dernier, quand la cryptomonnaie s’appréciait de 3,75% à 58.056 dollars.

La livre sterling se stabilisait de son côté face à l’euro, cotant 86,91 pence, au lendemain de l’annonce sans surprise par la Banque d’Angleterre (BoE) d’un taux directeur inchangé.

L’institution monétaire l’a maintenu jeudi à 0,1%, un plancher historique, tout en dopant sa prévision de croissance pour cette année à 7,25% grâce à une «activité plus forte qu’attendu».

Les cambistes surveillaient par ailleurs les résultats des élections de jeudi en Écosse, où le Parlement régional est renouvelé.

Une victoire des indépendantistes du Parti national écossais au pouvoir (SNP), formation de la Première ministre Nicola Sturgeon, pourrait ouvrir la voie à un nouveau référendum d’autodétermination, une situation qui pourrait affaiblir la devise britannique selon les analystes.

A lire aussi...