Le dollar en légère baisse face à l’euro, le marché avance à tâtons

AWP

1 minutes de lecture

Vers 21h25, le dollar cédait 0,09% face à l’euro, à 1,1845 dollar pour un euro tandis qu’il se stabilisait face au yen, grappillant 0,04% à 104,59 yens pour un dollar.

Le dollar reculait légèrement face à l’euro et à d’autres grandes monnaies dans un marché partagé entre des indicateurs positifs en Asie, de nouvelles annonces sur un futur vaccin et la progression de la pandémie aux Etats-Unis.

Vers 20H25 GMT (21H25 à Paris), le dollar cédait 0,09% face à l’euro, à 1,1845 dollar pour un euro tandis qu’il se stabilisait face au yen, grappillant 0,04% à 104,59 yens pour un dollar.

Le dollar index, qui mesure la valeur du billet vert face à un panier d’autres grandes devises, reculait pour sa part de 0,12%.

Les Etats-Unis ont enregistré un million de nouvelles contaminations par le COVID-19 en moins d’une semaine, totalisant les 11 millions de cas dimanche, selon l’université Johns Hopkins.

«Le dollar recule, en grande partie parce qu’il est désormais évident que cette vague de COVID-19 touche aussi sévèrement les Etats-Unis» que l’Europe, a commenté Ulrich Leuchtmann, analyste chez Commerzbank.

Mais d’autres analystes voient au contraire dans la baisse du dollar un intérêt moindre des cambistes pour cette valeur refuge après l’annonce de la société de biotechnologies Moderna que son vaccin était efficace à 94,5% contre le COVID-19.

Ce développement intervient une semaine après l’indication par les laboratoires américain Pfizer et allemand BioNTech que le vaccin qu’ils développent conjointement réduisait de 90% le risque de contracter la maladie.

«Les investisseurs sont aussi encouragés par des données positives venues d’Asie», a estimé Ricardo Evangelista, analyste chez ActivTrades.

Le produit intérieur brut (PIB) du Japon a rebondi de 5% entre juillet et septembre comparé au trimestre précédent, une reprise plus forte que prévu, «ce qui a soulagé» les investisseurs japonais, soulignent les analystes de Sucden.

La livre sterling était proche de l’équilibre face à l’euro et au dollar, réagissant peu à l’annonce de la mise en quarantaine du premier ministre britannique Boris Johnson.

A lire aussi...