Le dollar se stabilise face à l’euro et à la livre

AWP

1 minutes de lecture

Vers 21h, le dollar grappillait 0,07% face à l’euro à 1,2029 dollar pour un euro et grimpait de 0,39% face à la livre à 1,3931 dollar pour une livre.

Le dollar américain s’est stabilisé mardi après être tombé à son plus bas depuis début mars face à l’euro et à la livre britannique, dans l’attente d’une réunion monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) jeudi.

Vers 19H00 GMT, le dollar grappillait 0,07% face à l’euro à 1,2029 dollar pour un euro et grimpait de 0,39% face à la livre à 1,3931 dollar pour une livre.

Il avait sombré jusqu’à 1,2080 dollar pour un euro vers 07H45 GMT et 1,4009 dollar pour une livre vers 07H00 GMT, à son plus bas depuis un mois et demi.

Pour Joe Manimbo de Western Union, «les possibilités d’une baisse significative du billet vert sont limitées si l’attention se focalise sur le fait que l’économie américaine est en surperformance par rapport à ses principaux pairs».

Dans le même temps, le dollar reste aussi limité à la hausse «par l’idée que la Fed va se concentrer sur le plein emploi», et donc conserver sa politique ultra-accommodante pendant un certain temps, ont commenté les analystes de Sucden.

Pour éviter d’étouffer la croissance américaine, la Banque centrale américaine a promis de garder une politique monétaire souple avec des taux directeurs proches de zéro même si l’inflation commence à augmenter, ce qui rend le dollar moins attractif.

«La livre renoue avec le seuil de 1,40 dollar avant des données importantes au Royaume-Uni, l’inflation mercredi et le PMI vendredi», a commenté Ipek Ozkardeskaya, analyste chez Swissquote.

Pour l’instant, le marché se focalise sur le déconfinement que le Royaume-Uni a entamé, et semble ne pas s’inquiéter de chiffres de l’emploi peu encourageants: le taux de chômage a reculé pour la période de décembre à février à 4,9%, mais le taux d’emploi sur un an et sur trois mois a reculé, selon les données publiées mardi.

Du côté de l’euro, les cambistes se tourneront jeudi vers la réunion du comité monétaire de la Banque centrale européenne.

Si la BCE adopte un ton aussi accommodant que la Fed, la tendance haussière de l’euro pourrait en souffrir, a noté Mme Ozkardeskaya.

A lire aussi...