Impact limité du coronavirus sur les résultats trimestriels de Lafargeholcim

AWP

1 minutes de lecture

«Nous avons pu compenser en partie le repli de l’Asie par la solide croissance en Amérique du Nord et l’amélioration des marges en Europe», a souligné le directeur général Jan Jenisch.

Le spécialiste des matériaux de construction Lafargeholcim a enregistré des résultats en baisse mais supérieurs aux attentes des analystes. Le groupe saint-gallois n’est pas encore en mesure de chiffrer l’impact du coronavirus sur la marche des affaires en 2020 mais il devrait s’accentuer au deuxième trimestre.

La performance réalisée jusqu’à mi-mars, qui marque le début du confinement dans bon nombre de marchés, est nettement supérieure à celle de l’année passée à la même période, assure jeudi le conglomérat helvético-français. La Chine, où la pandémie a débuté, a cependant freiné la marche des affaires au premier trimestre.

«Nous avons pu compenser en partie le repli de l’Asie par la solide croissance en Amérique du Nord et l’amélioration des marges en Europe», a souligné le directeur général Jan Jenisch lors d’une conférence téléphonique.

«Pour le moment, nous ne prévoyons pas de suppression de postes», a aussi indiqué le patron. Le géant de la construction a cependant mis en place un programme d’économies de 300 millions de francs pour cette année au niveau des coûts fixes. Les investissements seront quant à eux amputés de 400 millions en comparaison annuelle.

Durant la période sous revue, le chiffre d’affaires s’est inscrit à 5,3 milliards de francs, ce qui représente un repli de 11,2%. Hors effets de changes et d’acquisitions, les ventes ont cédé 3,3%, indique un communiqué.

Le bénéfice opérationnel (Ebit) pour sa part a chuté de 14,1% à 262 millions de francs et de 2,6% sur une base comparable.

Ces résultats sont supérieurs au consensus AWP. Les analystes interrogés anticipaient des revenus de 5,2 milliards et un Ebit ajusté de 227 millions.

Faible deuxième trimestre

Concernant l’impact du Covid-19, le groupe s’attend à des effets négatifs plus importants au deuxième trimestre car jusqu’à mi-mars, à l’exception de la Chine, la plupart de ses marchés étaient encore opérationnels.

Lafargeholcim a renoncé à communiquer des prévisions pour l’année en cours, les incertitudes liées au coronavirus étant trop élevées. Etant donné la solide reprise de la Chine en avril, la direction se montre toutefois confiante pour la suite.

Le secteur de la construction devrait profiter des futures plans de relance qui seront lancés par les gouvernements et les banques centrales, estime le groupe.

Disposant d’une trésorerie de 8 milliards de francs à fin mars, le groupe de Jona ne prévoit pas de supprimer son dividende, a aussi déclaré M. Jenisch.

A 9h24, le titre gagnait 0,9% à 40,80 francs dans un SMI en baisse de 0,35%.

A lire aussi...