La livre grimpe, dopée par le déconfinement au Royaume-Uni

AWP

1 minutes de lecture

Vers 20h45, la devise britannique gagnait 1,11% face au dollar à 1,3832 dollar et 0,61% face à la monnaie unique à 86,04 pence pour un euro.

La livre sterling grimpait lundi face à un dollar affaibli, les cambistes reprenant confiance dans la monnaie britannique alors que le déconfinement du Royaume-Uni progresse.

Le dollar descendait au plus bas face à l’euro depuis six semaines.

Vers 18H45 GMT (20H45 à Paris), la livre gagnait 1,11% face au dollar à 1,3832 dollar et 0,61% face à la monnaie unique à 86,04 pence pour un euro, une semaine après la réouverture de la plupart des commerces en Angleterre.

«La livre a tout renversé sur son passage lundi, profitant d’une session relativement calme pour monter après le premier weekend depuis l’allégement des règles de confinement», a commenté Connor Campbell, analyste chez Spreadex.com.

Les commerces non-essentiels et les terrasses des pubs et restaurants ont pu ouvrir depuis lundi dernier.

«Les premiers indicateurs laissent penser que la réouverture depuis lundi dernier marque le début d’un rebond important» car les consommateurs britanniques ont accumulé des économies importantes pendant le confinement, estime Paul Dales, analyste chez Capital Economics.

Par ailleurs, la livre bénéficiait de l’accès de faiblesse du dollar, qui a aussi permis à l’euro de repasser au-dessus du seuil de 1,20 dollar. Le billet vert s’inscrivait ainsi en baisse de 0,43% à 1,2034 dollar pour un euro, son plus bas depuis six semaines.

«Nouvelle semaine, nouveaux creux pour le dollar. Le billet vert a atteint un plancher depuis un mois contre ses rivaux britanniques et canadiens, et son plus bas niveau en six semaines face à l’euro», soulignait Joe Manimbo de Western Union.

Selon lui, la baisse du dollar s’est accélérée «avec l’idée qu’un renforcement de l’économie américaine ne va pas entraîner d’inflation galopante. Par conséquent, le marché souscrit fermement au point de vue selon lequel la Fed ne sera pas obligée d’augmenter les taux d’intérêt de sitôt», a ajouté l’analyste.

Côté européen, «la monnaie unique a été soutenue par l’idée que l’accélération de la campagne de vaccination dans l’Union européenne allait soutenir la croissance», explique Fawad Razaqzada, analyste chez ThinkMarkets.

Mais «la Banque centrale européenne devrait rester prudente et rappeler que le soutien à l’économie reste nécessaire jeudi», lors de sa prochaine réunion de politique monétaire, prévient M. Razaqzada.

Le Bitcoin reculait de 10% à 55.674 dollars.

A lire aussi...