L’euro stable face au dollar, le marché attend l’inflation américaine

AWP

1 minutes de lecture

Vers 21h10, l’euro grappillait 0,03% face au dollar, à 1,1902 dollar pour un euro.

L’euro stagnait lundi face au dollar dans un marché des changes qui attend les chiffres américains de l’inflation mardi, tandis que la livre britannique reprenait des couleurs.

Vers 19H10 GMT (21H10 à Paris), l’euro grappillait 0,03% face au dollar, à 1,1902 dollar pour un euro.

Toujours en forte baisse depuis le début de l’année face au billet vert (-2,6%), l’euro s’est renforcé depuis le début du mois.

Le président de la Banque centrale américaine (Fed) Jerome Powell a estimé dimanche dans une interview que l’économie des Etats-Unis était «à un point d’inflexion», avec un rebond marqué de la croissance et de l’emploi à venir dans les prochains mois.

Mais il a cependant rappelé que la pandémie de COVID-19 représentait toujours un risque.

La Fed a promis de maintenir une politique monétaire souple pour favoriser la relance, mais de nombreux acteurs du marché estiment que la reprise sera si rapide que l’inflation pourrait s’emballer, forçant l’institution à relever ses taux directeurs.

Des taux directeurs plus élevés rendraient le dollar plus attractif. Les cambistes se tournent donc vers l’indice des prix à la consommation pour mars, qui sera publié mardi.

«Les investisseurs devraient ignorer le changement d’une année sur l’autre, car la pandémie avait poussé les prix vers le bas, et se concentrer sur les mouvements d’un mois sur l’autre», a prévenu Hussein Sayed, analyste chez FXTM.

Outre-Atlantique, la livre britannique se renforçait (+0,24% à 1,3740 dollar face au billet vert), après plusieurs séances dans le rouge.

Le moral des dirigeants d’entreprises au Royaume-Uni est au plus haut en ce début d’année grâce à la réouverture progressive de l’économie et à la nette baisse des incertitudes autour du Brexit, révèle lundi une étude de Deloitte.

Sur plusieurs séances, la livre reste cependant sous pression, note Stephen Innes, analyste chez Axi, qui remarque que «les tensions persistantes en Irlande du Nord augmentent les incertitudes» sur les perspectives britanniques.

Enfin, le bitcoin montait de 2,78%, proche des 60.000 dollars, après s’être approché dans la nuit de dimanche à lundi de son plus haut historique, atteint mi-mars à 61.742 dollars.

A lire aussi...